: Attention à ces articles qui affirment que “les personnes vaccinées sont dangereuses et doivent être isolées des non-vaccinées” | Imaz Press Réunion : l’actualité de la Réunion en photos

 

Les personnes non-vaccines seraient moins “dangereuses” que les vaccines qui devraient tre places en “quarantaine”, avancent plusieurs articles partags des milliers de fois ces dernires semaines, citant une interview de Christian Perronne et prtendant s’appuyer sur les affirmations d’un mdecin isralien. C’est infond, et va l’encontre des donnes scientifiques connues ce jour, selon les spcialistes interrogs par l’AFP. En outre, les citations du mdecin isralien utilises dans l’article sont des extraits trompeurs d’une interview dans laquelle il se prononce en faveur de l’injection d’une troisime dose de vaccin dans son pays.

Les personnes non-vaccines seraient moins “dangereuses” que les vaccines qui devraient tre places en “quarantaine”, avancent plusieurs articles partags des milliers de fois ces dernires semaines, citant une interview de Christian Perronne et prtendant s’appuyer sur les affirmations d’un mdecin isralien. C’est infond, et va l’encontre des donnes scientifiques connues ce jour, selon les spcialistes interrogs par l’AFP. En outre, les citations du mdecin isralien utilises dans l’article sont des extraits trompeurs d’une interview dans laquelle il se prononce en faveur de l’injection d’une troisime dose de vaccin dans son pays.

Les personnes vaccines sont dangereuses et doivent tre isoles des personnes non vaccines“, assurent les titres de plusieurs articles publis ces dernires semaines, reprenant l’extrait d’une interview de Christian Perronne datant d’aot 2021, diffuse par le mdia en ligne britannique “UK Column”, qui se prsente comme une “source d’information alternative“.

Le mme article a t mis en ligne le 19 septembre sur un premier site, et partag plus de 1.500 fois sur Internet depuis, selon l’outil de mesure de l’audience sur les rseaux sociaux Crowdtangle.

Il a t publi sur de nombreux autres entre le 31 octobre et le 2 novembre, et partag pour chacun plusieurs centaines de reprises depuis (ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici, ici).

Capture d’cran du site “resistance-mondiale.com”, ralise le 10/11/2021
Capture d’cran du site “Rseau International”, ralise le 10/11/2021
Capture d’cran du site “Le Grand Rveil”, ralise le 10/11/2021
Capture d’cran du site “Planetes 360”, ralise le 10/11/2021

Le texte de l’article a aussi t vu plusieurs milliers de fois depuis la mi-septembre sur le rseau social Telegram.

Des affirmations similaires ont aussi collect plus de 1.100 partages sur Twitter (ici, ici, ici).

Des “preuves” fondes sur des donnes israliennes introuvables

Les personnes non vaccines ne sont pas dangereuses. Les personnes vaccines sont dangereuses pour les autres. C’est prouv en Isral maintenant, avance Christian Perronne cit dans les publications.

Cependant, ces “preuves” fondes sur des donnes israliennes n’existent pas, ont expliqu mi-novembre deux immunologues l’AFP.

Scientifiquement, c’est absurde. Toutes les tudes montrent le contraire. C’est soit de l’incomptence, soit de la malhonntet“, explique Claude-Agns Reynaud, immunologiste et directrice de recherche au CNRS l’AFP le 11 novembre.

Sandrine Sarrazin, chercheuse l’Institut national de la sant et de la recherche mdicale (Inserm) au Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy, renchrit le 12 novembre : “il n’y a rien, aucune donne, qui appuie cette information : a sort de nulle part“.

Jusqu’ l’apparition du variant Delta, diffrentes tudes (1, 2, 3 ) avaient, l’inverse, conclu que les vaccins rduisaient la charge virale, c’est–dire la prsence du virus dans le nez des malades, dtecte par un test PCR, comme l’avaient dj prcis plusieurs chercheurs, dont Claude-Agns Reynaud, dans ce prcdent article.

La situation s’est toutefois complexifie avec l’apparition du variant Delta. Plusieurs recherches ont montr que la charge virale chez certaines personnes vaccines pouvaient tre, notamment au dbut de l’infection, quivalente celle de personnes non-vaccines (1, 2, 3).

D’autres tudes ont mis en avant que cette charge virale tait plus faible chez les vaccins que les non-vaccins (1, 2), comme relat dans cet article recensant les recherches concernant la contagiosit chez les personnes vaccines contamines avec le variant Delta.

Mais aucune n’a, comme l’affirme Christian Perronne, montr que les personnes non-vaccines pourraient avoir des charges virales plus faibles que les vaccines.

En aucun cas les personnes vaccines ne peuvent tre trs contaminantes et dangereuses pour les non-vaccines“, assurait dj Frdric Altare, immunologue et directeur de recherche l’Inserm fin aot auprs de l’AFP.

Michal Rochoy, mdecin gnraliste et chercheur membre du collectif “Du ct de la science“, tait parvenu aux mmes conclusions dans un article de vrification du journal 20 Minutes.

La confusion pourrait provenir d’une incomprhension d’une tude ralise en Isral, publie dbut septembre et qui conclut que l’efficacit de la vaccination peut diminuer avec le temps, mais augmente avec l’injection d’une troisime dose, suppose Claude-Agns Reynaud.

La premire illustration de l’article “montre les nombres de cycles des tests PCR chez les personnes vaccines positives au virus. Plus il y a de cycles, moins la charge virale est leve“, explique l’immunologue, comme cela avait aussi dj t dtaill dans cet article de l’AFP. “Mais si on la communique sans explication, on peut croire qu’il s’agit d’une quantit de virus, et donc que les vaccins avec une troisime dose auraient une charge virale plus importante que les autres, ce qui est faux“, dtaille-t-elle.

Capture d’cran de l’article publi dans la revue Nature le 2 septembre 2021, ralise le 12/11/2021

Diminution de l’efficacit des vaccins et troisime injection

Avoir mesur une charge virale quivalente chez des personnes vaccines et chez des non-vaccines infectes avec le variant Delta ne signifie pas que les vaccins sont inutiles, selon Sandrine Sarrazin.

Quand ces recherches ont t menes, les personnes avaient dj t vaccines depuis 5 6 mois, or on sait aujourd’hui que la protection diminue avec le temps. Le variant Delta est aussi beaucoup plus contagieux : la phase de primo-infection est beaucoup plus rapide, c’est–dire que le virus rentre plus vite dans nos cellules“, dtaille-t-elle, prcisant que “les charges virales des vaccins baissaient aussi en 48 heures, beaucoup plus rapidement que celles des non-vaccines“.

Selon des donnes publies le 24 aot par les autorits amricaines, l’efficacit des vaccins Pfizer et Moderna contre l’infection a en effet baiss de 91% 66% depuis que Delta est devenu dominant aux Etats-Unis. En plus des caractristiques du variant Delta, cela pourrait tre li au fait que l’efficacit des vaccins diminue avec le temps : elle tombe de 88% 74% au bout de cinq six mois pour Pfizer, et de 77% 67% aprs quatre cinq mois pour AstraZeneca, selon une tude britannique rendue publique le 25 aot.

Ainsi, les spcialistes interrogs appuient la mise en place d’une campagne de troisimes injections, comme cela est envisag dans de plus en plus de pays.

En France, Emmanuel Macron a notamment annonc le 9 novembre qu’une dose de rappel de vaccin serait une condition pour conserver son pass sanitaire chez les plus de 65 ans.

Les premires donnes montrent l’efficacit de la troisime dose : la protection est en gnral mme meilleure qu’aprs la deuxime. Si cela se confirme, elle pourrait terme tre envisage comme faisant partie de la vaccination initiale, qui compterait trois injections“, abonde Sandrine Sarrazin.

Les spcialistes insistent aussi unanimement sur le fait que les vaccins sont indispensables pour lutter contre le variant Delta. “Ce que les scientifiques prconisent, c’est le maximum de personnes protges”, avait dj expliqu l’AFP fin aot l’pidmiologiste Antoine Flahault.

Car mme si les vaccins anti-Covid n’empchent pas la transmission ni l’infection par le virus, ils restent trs efficaces pour viter les formes graves de la maladie et les hospitalisations.

Une tude publie le 21 juillet concluait que deux doses du vaccin Pfizer, le plus administr en France, sont efficaces 88% pour protger contre les formes graves de la maladie engendre par le variant Delta et 35% pour une dose.

“Il existe de trs nombreuses preuves de l’efficacit de la vaccination pour prvenir les formes graves de la maladie et les dcs dus au Covid-19. Nous soutenons fermement que la vaccination est un outil essentiel pour lutter contre le Covid et les terribles consquences de la maladie”, affirmaient les auteurs de l’tude.

Claude-Agns Reynaud et Sandrine Sarrazin notent aussi qu’au Royaume-Uni, si le nombre de cas de Covid a t ces dernires semaines “aussi lev” qu’au moment o les hpitaux taient surchargs de malades, ces derniers ne le sont actuellement pas, ce qui permet de penser que la vaccination permet d’viter des hospitalisations graves.

Dans son interview, Christian Perronne avance en outre que “toutes les personnes vaccines doivent se mettre en quarantaine pendant les mois d’hiver“, ou risquer d’tre exposes des “variants” plus dangereux que pour les non-vaccines.

Cette affirmation est galement infonde. “C’est faux : l’hiver commence, il ne peut pas encore y avoir d’tude qui montrerait cela. C’est du mensonge“, dplore Claude-Agns Reynaud.

C’est justement parce que le virus Sars-Cov-2 circule massivement dans le monde entier que les mutations potentiellement plus dangereuses peuvent se multiplier, ont dj expliqu plusieurs experts l’AFP, ici ou l.

Si une “mauvaise vaccination” en priode d’pidmie peut mener au dveloppement de variants, cela est principalement d au fait que le virus peut circuler dans la population si un vaccin a une efficacit faible, ajoute Sandrine Sarrazin. “Jusqu’ici, des vaccins pouvaient avoir tout juste 50% d’efficacit, on peut alors parler de risques plus levs de dvelopper des variants si l’on vaccine en priode d’pidmie. Mais ce n’est pas du tout le cas pour le Sars-CoV-2 : les vaccins sont trs efficaces, bien au-dessus de ces 50%“, abonde-t-elle.

Qui est Christian Perronne ?

Le professeur Christian Perronne tait le chef de service des maladies infectieuses et tropicales l’hpital Raymond-Poincar de Garches jusqu’ dcembre 2020, lorsqu’il a t dmis de ses fonctions par la direction de l’Assistance Publique – Hpitaux de Paris (AP-HP).

Dbut dcembre 2020, il avait aussi t vis, avec cinq autres mdecins, par une plainte du Conseil national de l’Ordre des mdecins (Cnom).

Cette dcision a t prise la suite de propos de Christian Perronne affirmant que les malades du Covid reprsentaient une aubaine financire pour les mdecins et galement pour la mise en avant de l’hydroxychloroquine pour soigner Covid, alors que l’efficacit de ce mdicament contre cette maladie n’est pas prouve scientifiquement, comme expliqu ici et l.

Depuis dbut 2020, ses propos concernant la pandmie ont dj fait l’objet de plusieurs articles de vrification par l’AFP (ici, ici) et d’autres mdias de fact-checking (ici, l et l).

Des propos dtourns du mdecin isralien Kobi Haviv

Les articles poursuivent en affirmant citer “le mdecin isralien Kobi Haviv“, qui aurait “dclar Channel 13 News” que “95 % des patients gravement malades sont vaccins. Les personnes entirement vaccines reprsentent 85 90 % des hospitalisations. Nous ouvrons de plus en plus de centres COVID. L’efficacit des vaccins diminue ou disparat“.

Capture d’cran du site “Le Grand Rveil”, ralise le 12/11/2021

Il s’agit de citations tronques ou totalement errones d’une interview du mdecin Jacob, aussi appel “Kobi”, Haviv, directeur de l’hpital Herzog Jrusalem, sur une chane de tlvision locale. Il y appelait au contraire les Israliens aller recevoir leur troisime injection de vaccin contre le Covid-19, comme dj dtaill dans cet article.

Les publications affirment que le mdecin isralien aurait dit “95% des patients gravement malades sont vaccins“.

Cela manque de contexte : il prcise en fait que “la plupart des personnes ges sont vaccines, la plupart de la population est vaccine, et c’est pourquoi environ 90 %, 85-90 % des patients hospitaliss ici sont des patients qui ont t entirement vaccins.”

Dans les lieux o les taux de vaccination sont levs, il est cohrent et attendu qu’une forte proportion des personnes admises l’hpital pour cause de Covid-19 aient t vaccines, car il existe toujours un risque, plus faible, d’infection, ont dj prcis l’AFP plusieurs experts cette anne, notamment dans cet article, dans celui-ci ou encore dans celui-l.

En outre, les articles laissent penser que Kobi Haviv dcrit la situation gnrale, alors qu’il n’est interrog et ne se prononce que sur l’hpital dans lequel il travaille.

De la mme manire, les articles indiquent que Kobi Haviv aurait dclar : “Nous ouvrons de plus en plus de centres COVID“.

Dans la version complte de l’interview, le mdecin isralien indique plutt qu’une deuxime unit a t ouverte dans son hpital pour les patients atteints du Covid-19, et qu’elle est pleine, le jour de son interview, mais ne dit pas que “de plus en plus” de “centres Covid” sont ouverts, dans son hpital ou ailleurs.

La dernire citation attribue au docteur Haviv, selon laquelle l’efficacit des vaccins Covid-19 “s’estompe“, est correcte mais elle manque de contexte.

Dans l’interview complte, le docteur explique, en hbreu : “Malheureusement, comme nous l’entendons, l’efficacit des vaccins s’estompe. C’est pourquoi j’espre que les gens entendront l’appel au troisime vaccin et que ce dernier sera utile.”

Cet “appel” lanc aux Israliens pour qu’ils puissent recevoir une troisime injection n’a pas t inclus dans les articles.

A l’inverse de ce que dcrivent les publications citant Christian Perronne, la majorit des patients atteints de Covid-19 grave en Isral n’taient pas vaccins, indiquait un article du quotidien isralien Haaretz paru le 1er octobre 2021.

Selon les donnes du ministre isralien de la Sant cites alors, 73 % des patients gravement atteints par le Covid-19 n’taient pas vaccins.

Ce mme ministre a dclar en juillet 2021 qu’il avait constat un “dclin marqu de l’efficacit du vaccin” dans la prvention de l’infection et des maladies symptomatiques. “Ce dclin a t observ simultanment avec la propagation du variant Delta en Isral“, indiquait-il, ajoutant que “nanmoins, le vaccin conserve un taux d’efficacit d’environ 93 % dans la prvention des maladies graves et des cas d’hospitalisation“.

Ds le 30 juillet, Isral a ainsi lanc une campagne de rappels visant proposer une troisime injection du vaccin contre le Covid-19 aux personnes ges de plus 60 ans. Fin aot, ces rappels ont t gnraliss l’ensemble de la population ligible la vaccination, c’est–dire tous les Israliens de plus de 12 ans.

Dans un message vido publi le 18 aot 2021 sur la page Facebook de son hpital, le docteur Haviv avait dclar que le nombre de patients Covid-19 admis dans son tablissement tait en baisse, attribuant cette diminution des cas la campagne de rappels du vaccin.

Pendant le week-end, nous avons commenc voir une diminution et nous esprions vraiment que cela tait li au fait que les personnes ges recevaient la troisime dose de vaccin. Aujourd’hui, il n’y a aucun doute, la troisime dose fonctionne“, dclarait-il en hbreu.

Au 12 novembre 2021, la pandmie a fait au moins cinq millions de morts dans le monde depuis que le bureau de l’OMS en Chine a fait tat de l’apparition de la maladie fin dcembre 2019, selon un bilan tabli par l’AFP partir de sources officielles.

Nombre de morts lis au coronavirus officiellement annoncs par pays, au 12 novembre 11H00 GMT ( AFP / Simon MALFATTO, Sabrina BLANCHARD)

Claire Line NASS, AFP France

Source: : Attention à ces articles qui affirment que “les personnes vaccinées sont dangereuses et doivent être isolées des non-vaccinées” | Imaz Press Réunion : l’actualité de la Réunion en photos

Réintroduction du masque à l’école : “Il fallait surtout ne pas l’enlever”, critique l’infectiologue Benjamin Davido

 

Réintroduction du masque à l’école : “Il fallait surtout ne pas l’enlever”, critique l’infectiologue Benjamin Davido

La fin de l’obligation du port du masque avait donné “cette petite musique aux jeunes parents que ça va mieux”, déplore l’infectiologue. “Mais la réalité, c’est que ça ne va pas mieux.”

Article rédigé par


Publié le 04/11/2021 13:13


Mis à jour le 04/11/2021 13:13

Temps de lecture : 1 min.

Alors que 39 départements rendent de nouveau obligatoire lundi 8 novembre le port du masque pour les enfants à l’école primaire, portant à 61 les départements métropolitains et ultramarins concernés, l’infectiologue Benjamin Davido critique ce retour en arrière, estimant qu’il “fallait surtout ne pas l’enlever” le mois dernier, quand le taux d’incidence est passé localement en-dessous du seuil d’alerte de 50 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants.

>> Suivez l’évolution de la pandémie en France et dans le monde grâce au tableau de bord de franceinfo

“Les messages simples sont les plus efficaces. Et le fait d’avoir dit qu’on enlevait le masque [dans ces départements] donnait cette petite musique aux jeunes parents, disant que ça va mieux”, explique Benjamin Davido, “mais la réalité, c’est que ça ne va pas mieux. Encore une fois, on a gagné une bataille. Pas la guerre.” L’infectiologue rappelle que “le véritable enjeu, c’est de passer le cap de l’automne et de l’hiver. Il faut avoir un message de clarté et de simplicité.”

Le retrait temporaire de l’obligation du port du masque a représenté “un énorme relâchement pour des millions de personnes qui peuvent transmettre le virus”, ajoute le Dr Michaël Rochoy, médecin généraliste à Outreau (Pas-de-Calais). Le co-fondateur du collectif Stop-Postillons estime que le port du masque obligatoire diminue mécaniquement le nombre de tests positifs, de personnes en réanimation et de décès dûs au Covid-19. La levée de l’obligation était, selon lui, “un mauvais signal” parce qu’il “disait qu’il n’y avait pas de risque et qu’on contrôlait l’infection”.

actualités
analyses
vidéos

Prolongez votre lecture autour de ce sujet


tout l’univers Masques sanitaires

 Source: Réintroduction du masque à l’école : “Il fallait surtout ne pas l’enlever”, critique l’infectiologue Benjamin Davido

Covid-19 : une ventilation insuffisante des lieux clos peut entraîner une transmission aérienne même à longue distance | Atlantico.fr

Des passagers portant des masques consultent leurs téléphones portables dans un bus à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang, dans l’est de la Chine, le 24 mars 2020.

Des passagers portant des masques consultent leurs téléphones portables dans un bus à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang, dans l'est de la Chine, le 24 mars 2020.Des passagers portant des masques consultent leurs téléphones portables dans un bus à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang, dans l'est de la Chine, le 24 mars 2020.

© STR / AFP

Risques de contaminations

Covid-19 : une ventilation insuffisante des lieux clos peut entraîner une transmission aérienne même à longue distance

Des chercheurs chinois ont étudié la possibilité de transmission aéroportée du Covid-19 et les conditions de ventilation pour son apparition. Les taux de ventilation dans des bus ont été mesurés. Selon leurs conclusions, une ventilation insuffisante a joué un rôle dans les contaminations. Fournir une ventilation suffisante réduit l’infection.

Des chercheurs chinois ont effectué des tests pour déterminer si une mauvaise circulation de l’air dans un autobus pouvait augmenter le risque de contagion de la Covid-19, sur des sujets pour la plupart masqués. Cette étude porte sur la circulation du SARS-CoV-2 dans un milieu fermé et mal ventilé. Selon leurs conclusions, une ventilation insuffisante a joué un rôle dans les contaminations. Quels sont les risques pour des individus vaccinés et/ou masqués ?

Pr Michaël Rochoy : Les risques pour les individus vaccinés, c’est d’être contaminé. Le vaccin réduit ce risque là.  Il va permettre de réduire les formes graves menant à une hospitalisation si le patient est contaminé. Il n’est cependant pas efficace à 100 %. Concernant le risque de contamination, il est donc possible d’être contaminé dans un bus.

Le masque chirurgical permet de protéger son environnement. Il permet de protéger les autres. Le chirurgien porte un masque quand il opère au bloc pour protéger son patient. Si l’on souhaite se protéger soit même, il faudra alors privilégier le port du masque FFP2. Il en va de même pour un ouvrier du BTP qui porte ce type de masque pour éviter d’inhaler des poussières fines.

En France, tout le monde porte un masque chirurgical, nous n’avons pas spécialement de masque FFP2. C’est important de continuer à porter le masque, car nous sommes toujours, dix-huit mois après le début de la pandémie, dans une phase épidémique.

 

À Lire Aussi

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

 

De nombreuses personnes pensent qu’on n’arrêtera jamais de porter de masque, ça n’est évidemment pas vrai, le port du masque s’arrêtera lorsqu’on sortira de la pandémie.

Avant la pandémie, quelqu’un qui venait se soigner chez le médecin pour un problème de rhume n’était pas ausculté pour savoir à quel type de virus le patient était affecté. C’est désormais le cas aujourd’hui, le soignant va vouloir savoir s’ il s’agira du SARS-CoV-2 ou non.

Il nous faut éviter les contaminations pour éviter la propagation du virus, mais aussi une saturation du système de santé, et le coût lié aux tests PCR, nous avons tout intérêt à protéger l’ensemble de la population.

Les personnes positives doivent s’isoler une dizaine de jours.

Aujourd’hui porter un masque, si on est malade, ne devrait pas rendre positif au Covid-19 les autres passagers d’un bus.

Quel est selon vous l’intérêt des résultats de cette étude ? Êtes-vous surpris ?

Ça n’est pas du tout surprenant. Des études similaires ont été effectuées dans des crèches, des écoles, voire des immeubles et restaurants. Globalement ça rappelle le risque de transmission par aérosols à distance. Les gens mélangent parfois

Certaines personnes mélangent aussi le phénomène de transmission sans savoir de quoi est ce qu’il s’agit.

Ce que nous appelons les postillons n’est qu’un terme courant qui regroupe l’ensemble des projections, qu’il s’agisse de gouttelettes ou d’aérosols, qui peuvent stagner dans l’air et l’environnement plus longtemps.

 

À Lire Aussi

Quarantaines Covid : l’histoire du vol New Delhi Hong-Kong que nous devrions sérieusement méditer

 

Il est ainsi possible de se faire contaminer à proximité mais aussi par distance par des aérosols.

Les résultats de cette étude montrent que l’on peut aussi se faire contaminer par aérosols à distance, même si cette situation est relativement rare.

La situation la plus fréquente de contamination provient d’une exposition d’aérosols à proximité.

Il est aussi possible d’être exposé à la Covid-19 via des gouttelettes à proximité ou par aérosols à distance.

Quelles sont les précautions à prendre quand on doit prendre le train, la voiture ou le train, en pleine pandémie ?

Il est nécessaire de garder le masque, car si quelqu’un est malade, même sans symptômes, cela lui évitera de contaminer d’autres personnes.

Si on se sent particulièrement vulnérable ou à risque dans une situation ou le port du masque ne paraît pas suffisant, il est nécessaire de s’équiper d’un masque FFP2 pour maximiser la protection à la Covid-19.

La vaccination reste un moyen évident pour se protéger.

Il faut passer moins de temps à s’inquiéter du nettoyage des poignées de portes ou des surfaces, c’est surtout la qualité de votre ventilation qui permettra de réduire la circulation du virus.

Dans un véhicule, que ce soit un bus ou une voiture, mieux vaut utiliser un système de circulation de l’air en circuit ouvert, afin que l’air ne soit pas toujours brassé à l’intérieur.

Vous pouvez aussi aérer l’autobus en ouvrant les fenêtres, mais sans pour autant retirer votre masque, tant que le trajet dure.

 

À Lire Aussi

Covid-19 : petites leçons d’une contamination aux toilettes à… 40 minutes d’intervalle

 

À Lire Aussi

Alerte à la pensée magique : non les vaccins ne peuvent pas tout. Et on ne peut PAS dissocier leur efficacité du comportement des vaccinés

 

À Lire Aussi

Mais quel risque représente le Covid-19 pour les enfants quand on le compare à tous ceux auxquels ils sont confrontés ?

 

 Source: Covid-19 : une ventilation insuffisante des lieux clos peut entraîner une transmission aérienne même à longue distance | Atlantico.fr

Mais quel risque représente le Covid-19 pour les enfants quand on le compare à tous ceux auxquels ils sont confrontés ? | Atlantico.fr

Atlantico : Quel risque représente la Covid-19 pour les enfants quant on le compare à tous ceux auxquels ils sont confrontés ? On sait qu’aujourd’hui les enfants courent un risque relativement faible après une infection à la Covid-19. Et en comparaison, est-ce qu’il existe des maladies circulant en France bien plus dangereuses pour les enfants comme la grippe ou la pneumonie ?

Dr Michaël Rochoy : La Covid-19 n’a, pour l’instant et fort heureusement, pas encore circulé massivement chez les enfants. Il y a eu une protection dans les premiers temps de l’épidémie avec le confinement généralisé. Ensuite, il y a eu la reprise de l’école parce que l’on était à un niveau faible en mai 2020. Après il y a eu les vacances scolaires, les grandes vacances puis après nous avons laissé circuler le virus en septembre lors de la rentrée 2020. Cela a tellement augmenté et la situation était tellement complexe que le masque a été imposé à partir de novembre 2020 puis il n’a jamais été retiré jusqu’au dernières mesures d’allègements dans certains départements le 4 octobre. On n’a donc pas laissé circuler le virus du Covid chez les enfants.

Comparé à d’autres épidémies, comme la grippe, que l’on laisse circuler habituellement, c’est difficile. La Covid-19 a entraîné, chez les enfants de 0 à 9 ans, dix décès. Chez les 10-19 ans, quinze jeunes sont morts de la Covid-19 depuis le début de la pandémie en France.

 

À Lire Aussi

Covid-19 : les écoles sont-elles prêtes pour leur réouverture ?

 

La grippe saisonnière impacte-t-elle aussi les enfants ?       

La grippe peut aussi entraîner des complications chez les enfants. Certains peuvent être hospitalisés en raison d’une grippe, d’une pneumonie, en raison de gastro-entérites. D’autres maladies évidemment peuvent impacter les enfants. La Covid-19 n’est pas du tout la seule maladie qui touche les enfants. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faille laisser circuler la Covid-19. Par ailleurs, les mesures barrières qui sont prises pour la Covid-19 chez les enfants et les adultes sont aussi des mesures barrières contre toute virose respiratoire et efficaces contre la grippe.

Les infections respiratoires touchent-elles le plus les enfants ?

Les infections respiratoires touchent fréquemment les enfants. Les gastro-entérites aussi sont très fréquentes. Les enfants sont par nature moins immunisés que la plupart des adultes. Ils ont moins d’anticorps et sont plus sujets à faire des infections virales contre lesquelles ils n’ont pas encore d’anticorps.  Ils vivent aussi en communauté avec d’autres enfants qui sont aussi facilement malades. Ce n’est pas une surprise que les enfants soient régulièrement malades. En consultation de médecine générale, nous avons fréquemment des enfants malades plus que de jeunes adultes

L’explication est-elle liée au fait qu’ils ne développent pas d’anticorps ?

Ils sont plus susceptibles d’être confrontés pour la première fois de leur vie à des infections virales, alors que lorsque l’on est adulte, on a  déjà été confronté à certaines infections virales quand on a été enfant.

 

À Lire Aussi

Covid-19 : très contaminés mais peu malades, le mystère des enfants

 

Un très mauvais exemple serait la rougeole. On ne contracte plus la maladie car nous sommes vaccinés. Les adultes avant 1976 ont quasiment tous fait la rougeole quand ils étaient enfants.

Sur les chiffres de la mortalité infantile en France, quelles sont les maladies les plus mortelles ? 

Les mesures de prévention chez les enfants permettent de prévenir les infections individuelles mais cela a aussi un intérêt collectif. Se protéger du Covid chez les enfants permet de limiter la circulation du virus en population générale, donc y compris chez les adultes, y compris chez les adultes immunodéprimés ou les personnes n’ayant pas encore eu leur troisième dose du vaccin.

En France, 84 décès par an sont attribués à la grippe chez les enfants de moins de 14 ans. Mais la surveillance est beaucoup plus importante sur le Covid. Beaucoup plus de personnes sont testées et suivies.

Mis à part les épidémies qui se transmettent par voie aérienne, doit-on se méfier d’autres maladies et qui seraient aussi à risque chez les enfants ? La pneumonie se transmet-elle par exemple de la même manière que le Covid-19 ?

La pneumonie peut aussi se transmettre de façon respiratoire.  Mais ces infections sont respiratoires et généralement bactériennes. Cela peut aussi venir de surinfections bactériennes.

En dehors de la période néonatale, la mortalité des 1-14 ans, il y a à peu près 1.000 décès par an, selon les chiffres de l’Insee. Pour les maladies infectieuses, cela représente 40 décès de 1 à 14 ans.

Avec la Covid-19, sur les deux derniers mois, on a 9 décès de 10 à 19 ans en deux mois. Laisser circuler le virus chez les enfants ne serait donc pas une bonne idée. Avec les restrictions sanitaires depuis le début de la pandémie, les vacances, le port du masque, le « laisser circuler » chez les enfants n’a jamais vraiment eu lieu en France de manière trop importante.

 

À Lire Aussi

Covid-19 : la rentrée scolaire a eu lieu et voilà pourquoi il est trop tôt pour un ouf de soulagement

 

Depuis deux mois, avec un relâchement des gestes barrières grâce à la vaccination en partie, on laisse un peu plus circuler le virus avec notamment l’allègement du port du masque dans certaines conditions. En deux mois, nous sommes déjà à neuf décès. Si l’on extrapole sur un an, nous pourrions atteindre 36 décès Covid chez les 0-19 ans.

A titre de comparaison, en 2016, il y avait une quarantaine de décès de causes infectieuses.

La Société de pédiatrie a confirmé ce constat dans Marianne en indiquant que le virus tuera très peu d’enfants à l’école. Si on le laisse circuler ce ne serait pas dramatique. C’est donc « accepter » 40 décès. On a « accepté » 400 décès d’adultes par jour. Qu’est-ce que nous sommes prêts à accepter en termes de décès pédiatriques ? Accepterait-on de passer de 40 à 80 décès ? Pour moi non. Il faut limiter au maximum le nombre de décès pédiatriques. Cela peut passer par des mesures de prévention qui sont globalement bien acceptées et qui ne présentent pas de risques, cela en vaut peut-être la peine.

Avec cette période de pandémie, nous avons la perspective de pouvoir vacciner les enfants, sous réserve d’avoir des études rassurantes. A titre de contre-exemple, la Suède a décidé d’interrompre l’utilisation du vaccin Moderna pour les 20-30 ans suite à des risques de myocardite. Nous ne sommes donc pas sûrs de pouvoir vacciner les enfants. Des études sont en cours. Il faut que les études puissent être menées sur le long cours avant d’adopter une stratégie visant à laisser circuler le virus.

Comparer la Covid-19 avec les autres maladies n’est finalement pas une bonne chose puisque nous n’avons pas les mêmes mesures. Mais est-ce que les protocoles du Covid sont aussi déployés dans d’autres types de maladies ? Lors d’une épidémie de grippe dans une école, est-ce que des mesures barrières sont déployées ?

Malheureusement non. Espérons que la pandémie permette de changer cela. Le port du masque pourrait être un bon réflexe lorsque l’on est malade. Les stratégies déployées avec la Covid-19 ne sont pas non plus idéales. Le gouvernement a indiqué notamment que lorsqu’un enfant est malade dans une école, dans certains départements, on va tester tout le monde  le lendemain. C’est stupide car il s’agit d’un virus qui a un délai d’incubation de quatre jours.  En testant tout le monde le lendemain, tout le monde va être négatif, sauf des gens qui auraient été positifs sans le savoir avant. On laisse également les élèves en classe sans rien faire. Cela montre une très mauvaise compréhension.

Si l’on considère que ce qui importe c’est de laisser au maximum les classes ouvertes pour des raisons sociétales qui sont larges, pour l’éducation des enfants mais aussi les parents peuvent se rendre au travail sans souci concernant la garde des enfants, s’il faut à tout prix que les enfants restent à l’école, alors on peut se dire dans une classe où il y a eu un cas, on va partir du principe que des enfants ont pu être contaminés et vont donc à leur tour être contaminateurs. Pour éviter cela, comme on est dans une situation à surrisque, on remasque tout le monde pour une période de quinze jours. On masque les potentiels contaminateurs et ainsi ils ne pourront pas contaminer. Cela voudrait dire que certains messages ont été retenus de cette pandémie comme porter un masque pour protéger les autres. Mais cela n’est pas mis en place. Cela montre bien qu’il n’y a aucune compréhension de la pandémie et qu’il n’y aura pas de mesures qui vont être prises même pour les prochaines épidémies de grippe. Je pense qu’il n’y aura pas de port du masque. Les messages nationaux ne semblent pas partis pour aller dans ce sens.

Source: Mais quel risque représente le Covid-19 pour les enfants quand on le compare à tous ceux auxquels ils sont confrontés ? | Atlantico.fr

Covid-19 : même si le risque est faible pour les enfants, le virus est dans le top 10 des causes de mortalité chez les plus jeunes aux Etats-Unis | Atlantico.fr

© Jon Cherry / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

De la nécessité de vacciner les enfants

Covid-19 : même si le risque est faible pour les enfants, le virus est dans le top 10 des causes de mortalité chez les plus jeunes aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont approuvé l’utilisation du vaccin Pfizer pour vacciner les enfants à partir de 12 ans. Ceux de 2 à 11 ans pourraient suivre dans les prochains mois. Vacciner les enfants est en effet nécessaire pour atteindre une immunité collective globale.

Atlantico : L’agence sanitaire américaine a approuvé l’utilisation du vaccin Pfizer pour les enfants de 12 à 15 ans. Aux Etats-Unis, le Covid-19 est l’une des 10 principales causes de décès chez les enfants depuis le début de la pandémie. Pourquoi devient-il urgent de vacciner cette partie de la population ?

Michaël Rochoy : Il y a d’abord un bénéfice individuel. Les enfants font peu de formes graves mais ils peuvent en faire quand même. On trouve toujours des enfants en réanimation (plus de 6700 enfants ont été placés en réanimation en cumulé depuis le début de la crise selon Covid Tracker, ndlr). On sait qu’il y a des formes possibles de Covid longs chez l’enfant : un enfant qui perd le goût et l’odorat pendant des mois ou qui a des problèmes respiratoires en garde des séquelles. Même si c’est pas important en nombre de cas, ça reste des pathologies très invalidantes.

Ensuite, il y a le bénéfice collectif. Il y a un intérêt à vacciner les enfants d’autant que d’ici fin août, tous les adultes n’auront pas pu être vaccinés. Si le virus circule chez les enfants (14 millions de personnes en France), il y a toujours la possibilité d’avoir l’émergence d’un variant soumis à une très forte pression de sélection. Si on suppose qu’il y a cent variants qui apparaissent chez les enfants, peut-être que parmi eux il y en aura un qui échappera à l’immunité conféré par certains vaccins et donc pourra se répandre dans une population encore plus vaste intégrant des adultes vaccinées. Le risque d’un variant qui ferait recommencer à zéro la campagne vaccinale existe.

L’immunité collective souhaitée ne pourra se faire que si on atteint un certain pourcentage de population vaccinée, et ce pourcentage inclut toute la population y compris les mineurs.

 

À Lire Aussi

+ 5,7% de croissance en France pour 2021 : tout va très bien Madame la marquise ?

 

Autre avantage, si on vaccine les 16-18 ans avant la rentrée de septembre, on peut ouvrir les lycées sans se poser trop de problèmes sur les aménagements des cantines ou les protocoles stricts à mettre en place quand des cas sont déclarés dans une classe. Ça permet une scolarité plus sereine.

Quel calendrier d’action serait maintenant souhaitable ?

Il faut d’abord qu’il y ait les autorisations de mise sur le marché accordées au niveau européen et français. En France, on peut vacciner les 16-18 ans en contact avec des personnes immunodéprimées. Les 16-18 ans sont déjà potentiellement éligibles et je pense que quand on aura suffisamment de vaccins ils le seront. Les 12-15 ans devraient l’être aussi. C’est discuté au niveau de l’Agence européenne du médicament.

Aux Etats-Unis, Pfizer a prévu de demander en septembre une autorisation à la Food and Drug Administration pour administrer le vaccin aux enfants de 2 à 11 ans. Pour l’instant, ce n’est pas du tout à l’ordre du jour en France. Si on pouvait vacciner les 16-18 ans avant la rentrée de septembre, ce serait bien. Il faudrait ensuite penser à vacciner les collégiens (12-15 ans). Je pense en effet que c’est mieux de penser par établissement que de s’éparpiller. Ensuite, on pourra passer aux primaires selon les disponibilités de doses et les autorisations de mise sur le marché.

 

À Lire Aussi

“Pandémies Des origines à la Covid-19” de Patrick Berche et Stanis Perez : paradoxe, ce livre, construit autour de milliers de morts, est cependant plaisant à lire

 

Source: Covid-19 : même si le risque est faible pour les enfants, le virus est dans le top 10 des causes de mortalité chez les plus jeunes aux Etats-Unis | Atlantico.fr

Covid-19 : le projet pilote venu du Nebraska qui prouve que nous sous-estimons (et gérons très mal) les contaminations dans les écoles | Atlantico.fr

Lutte contre la pandémie

Covid-19 : le projet pilote venu du Nebraska qui prouve que nous sous-estimons (et gérons très mal) les contaminations dans les écoles

L’étude menée par une équipe universitaire indique que les taux d’infection détectés étaient 2,5 fois plus élevés pour le personnel et près de 6 fois plus élevés pour les étudiants que ce qui était observé de manière routinière.

Avec Michaël Rochoy, Jérôme Marty

/

 

écoles. Des échantillons positifs d’air et de surface ont également été trouvés. Cette étude montre-t-elle qu’il nous reste des progrès à faire dans la détection de cas à l’école ? Nos méthodes actuelles (et leur application réelle) permettent-elles une juste estimation ?

Michaël Rochoy : A part Jean-Michel Blanquer pour qui il faut « arrêter d’être obnubilé par le rôle de l’école dans les contaminations », tout le monde est d’accord pour dire qu’on se contamine à l’école et que c’est plus fréquent qu’on le pense parce que les enfants sont plus souvent asymptomatiques et parce qu’il y a ce discours ambiant des autorités selon lequel il ne se passe rien dans les écoles. Même si les chiffres sont difficilement transposables à la France, le message de cette étude c’est : quand on cherche, on trouve. Je pense néanmoins que nous sommes sur la bonne voie grâce aux tests salivaires qui sont (enfin) pratiqués et dont on devrait bientôt pouvoir exploiter les données en open data.

Jérôme Marty : On le sait depuis des mois qu’il y a une grosse diffusion virale dans les écoles. Jean-Michel Blanquer est dans la négation permanente. Il y a une volonté manifeste de minorer ce risque pour justifier l’ouverture alors que le virus circule. Les mesures sont certes en progrès mais ne sont pas appliquées partout comme il le faudrait. Des professeurs racontent avoir reçu les autotests mais aucune consigne sur la procédure. Certaines écoles n’en ont pas. Les demi-jauges ne sont pas respectées partout. Pour la sécurisation des cantines, c’est encore flou. On ne sait pas trop ce qu’ils vont faire. Les tests salivaires, on ne sait pas vraiment si c’est suffisamment pratiqué. Beaucoup d’enseignants m’ont dit que non. Cette étude vient corroborer ce qu’on nous dit depuis des mois à savoir que les écoles sont pourvoyeuses de la contamination.

Y a-t-il des méthodes utilisées par les chercheurs dont on pourrait s’inspirer pour mieux repérer le virus dans les écoles ?

Michaël Rochoy : L’étude de l’environnement est certainement une piste à creuser. On pourrait imaginer un détecteur qui repère certains germes ou certains aérosols dans la classe. C’est plus de la recherche et développement mais ça mérite une réflexion.

Jérôme Marty : En lisant cette étude, la question qu’on peut se poser c’est pourquoi on n’étudie pas systématiquement les eaux usées à la sortie des écoles. C’est ce que font les marins-pompiers de Marseille. Ça, n’importe quelle municipalité pourrait le mettre en œuvre.

Source : https://www.atlantico.fr/article/decryptage/covid-19—le-projet-pilote-venu-du-nebraska-qui-prouve-que-nous-sous-estimons–et-gerons-tres-mal–les-contaminations-dans-les-ecoles-education-nationale-jean-michel-blanquer-michael-rochoy-jerome-marty

 

Source: Covid-19 : le projet pilote venu du Nebraska qui prouve que nous sous-estimons (et gérons très mal) les contaminations dans les écoles | Atlantico.fr

Covid-19 : et voilà les résultats qui prouvent que la vaccination fonctionne contre la pandémie | Atlantico.fr

Une femme se fait vacciner contre la Covid-19.

© Jeff J Mitchell / POOL / AFP

Efficacité de la campagne vaccinale

Covid-19 : et voilà les résultats qui prouvent que la vaccination fonctionne contre la pandémie

Les vaccins sont une arme essentielle dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Au regard des données aux Etats-Unis, en Israël et au Royaume-Uni, les campagnes de vaccination permettent de soulager les hôpitaux et de diminuer le nombre de morts.

Atlantico : Si les vaccins ne doivent pas être le seul outil dans la lutte contre le Covid-19, ils représentent une arme essentielle. Dans les pays qui ont déployé une large campagne vaccinale comme aux Etats-Unis, en Angleterre ou en Israël, quel impact observe-t-on sur la courbe des contaminations ?  Une vaccination massive peut-elle permettre de soulager les hôpitaux et de diminuer le nombre de morts ?

Charles Reviens : Je rappelle que je ne suis pas médecin et suis devenu en quelque sorte un infectiologue du dimanche à l’occasion de la pandémie mondiale covid-19. Cela permet au moins d’analyser et de mettre en relation les multiples données disponible sur la situation à date.

Concernant la vaccination et si l’on se limite aux seuls principaux pays de l’OCDE, sont apparus clairement au moins depuis janvier 2021 trois groupes de pays. Il y a d’abord les pays d’Asie du Sud et d’Océanie où la pandémie est maîtrisée depuis longtemps via une stratégie de type zéro covid, pays qui n’ont en quelque sorte pas besoin de la vaccination pour redresser leur situation économique et sanitaire. La vaccination constitue pour les autres pays occidentaux une forme de planche de salut pour sortir d’une situation globale dégradée voire catastrophique en 2020 puisqu’on a vu qu’au final leurs performances étaient assez proches en termes de résultats par exemple mesurés en décès covid par unité de population.

Mais il y a une très grosse différence de rythme de vaccination : les pays qui vont vite (Etats-Unis, Royaume-Uni, Israël) d’un côté du fait de stratégies globales de vaccination arrêtées en amont et apparemment efficaces, de l’autre les pays de l’Union européenne qui ont mutualisé leur sourcing des vaccins et ont vacciné à date deux à trois fois moins de personnes que les trois pays cités précédemment.

 

À Lire Aussi

Vaccination : petites leçons venues des Etats-Unis (et d’un modèle libéral) à l’attention d’une Europe à la dérive

 

Il est donc intéressant de regarder le benchmark entre la France et le Royaume-Uni où par exemple le Financial Times considère que les vaccins sont efficaces et conduisent au « covid endgame ».

Les données publiques font apparaître une certaine corrélation entre la montée en puissance de la vaccination et le nombre des cas et des décès covid : depuis le 10 janvier 2021, le Royaume-Uni est passé de près de 900 cas et 15 décès par jour et million d’habitants à 37 cas et 0.4 décès, tandis que près de 50 % de la population a reçu une dose et 15 % a finalisé son traitement vaccinal.

 

À Lire Aussi

Comment le Chili a déployé une des campagnes de vaccination les plus efficaces au monde

 

Pour la France on reste sur la même période dans une fourchette de 300 à 500 cas par jour  et 4 à 6 décès par jour et million d’habitants avec à date 18 % de la population ayant reçue une dose et 7 % un traitement complet, grosso modo la moitié des chiffres britanniques.

Bien sûr une analyse multifactorielle est indispensable pour comprendre ces écarts de performance mais ces données accréditent toutefois fortement ceux qui considèrent que la vaccination est le « game changer », la solution magique qui permet aux pays occidentaux de sortir des déboires rencontrés de façon indifférenciée en 2020.

Michaël Rochoy : Cela fonctionne sur les courbes de cas, d’hospitalisations, de réanimations et de décès dans plusieurs pays. C’est plutôt rassurant et nous n’avons pas de cas où la campagne n’est pas efficace. Même si la vaccination est imparfaite avec des vaccins qui auraient un taux defficacité de lordre de 30 %, cela marcherait.

 

À Lire Aussi

Faut-il avoir peur du vaccin AstraZeneca ? Petits repères scientifiques pour y voir plus clair

 

Les contaminations varient en fonction des tests, mais en regardant bien le taux de mortalité on voit l’influence bénéfique du vaccin.

En France, les classes les plus âgées sont moins nombreuses en réanimation, peut-on espérer la même situation pour toutes les tranches d’âge une fois la vaccination élargie ? Y-a-t-il des exemples probants de cela à l’étranger ?

Charles Reviens : Le bon interlocuteur pour cette question serait un spécialiste des maladies infectieuses.

Un article de WordNewsEra compare par tranche d’âge les contaminations, entrée à l’hôpital et décès covid-19 et constate une baisse forte depuis le 25 janvier 2021, les baisses étant d’autant plus forte que la population en question est davantage vaccinée.

 

À Lire Aussi

Et si la France était enfin en train d’atteindre l’efficacité dans sa campagne de vaccination ?

 

L’article compare également les mêmes données pour la France pour les plus de 80 ans sur lesquels la campagne de vaccination s’est priorisée et les moins de 60 ans avec une divergence de même nature.

Il y semble donc y avoir un lien entre pourcentage de vaccination dans un groupe cible et réduction du risque pour ce groupe, considération bien entendu à intégrer dans une analyse multifactorielle incluant entre autres l’évolution des virus (variants) et les autres mesures de gestion de la pandémie (mesures sociales, soins apportés aux personnes contaminées).

Michaël Rochoy : Les populations les plus âgées habitant en EHPAD ont été vaccinées et le taux d’incidence baisse. Il n’y a même quasiment plus de morts et à circulation équivalente du virus, la situation n’est plus du tout comparable à celle de novembre dernier.

En France, les taux de vaccination sont plutôt élevés pour les personnes les plus âgées, nous sommes autour de 70 % pour les plus de 75 ans.  Au Royaume-Uni, nous voyons que cela fonctionne sur toutes les tranches d’âges car cela leur permet d’ouvrir et espérer un retour à la normale.

Le succès des campagnes vaccinales a-t-il permis aux gouvernements à travers le monde dalléger leurs restrictions sur les libertés des citoyens ? Cela montre-t-il le peu defficacité des restrictions de déplacements mises en place en France depuis des semaines ?

Charles Reviens : Il faut faire la distinction entre les restrictions sociales à l’intérieur d’un territoire et le contrôle d’accès à ce territoire.

Au Royaume-Uni, les écoles ont réouvert leurs portes le 8 mars dernier avec généralisation des autotests et l’essentiel des commerces et des lieux d’hospitalité sont réouverts depuis le 12 avril, y compris certains stades avec des jauges très limitées. Donc les restrictions sont désormais beaucoup moins sévères qu’en France qui vit sous l’empire du « confiné déconfiné », nouvelle variation du confinement arrêtée par l’exécutif fin mars 2021, dans le contexte déjà évoque d’une stabilisation du nombre de nouveaux cas et de décès depuis le début de l’année mais sans baisse comparable à ce qu’on constate en Grande-Bretagne.

La situation est très différente concernant l’accès au territoire avec une reprise de fait au Royaume-Uni de mesures déployées en Asie et notamment à Singapour : séjour obligatoire de dix jour en hôtel agréé par le gouvernement et facturé 2 000 euros si l’on vient d’un pays inclus dans la liste rouge, isolement dans un lieu de son choix mais avec appel quotidien de contrôle pour les autres.

Il faudra un jour analyser pourquoi les société occidentales et notamment la société française ont imposé à l’ensemble de la population et des acteurs économiques des restrictions tout à fait inédites en temps de paix tout en semblant avoir eu la plus grande difficulté à imposer des contraintes importantes mais strictement ciblées aux personnes à risque et aux personnes contaminantes.

Michaël Rochoy :  Les pays qui ont le plus vacciné sont en train de réouvrir c’est indéniable. La vaccination est une bonne solution de sortie de crise à long terme, mais ce n’est pas une bonne à court terme. Ce qui marche le mieux dans ce dernier cas c’est la prévention. Certains pays qui n’ont pas accès aux vaccins doivent mettre en place une stratégie efficace pour stopper la contamination. La vaccination est un cadeau pour les pays riches et elle n’est pas répartie de façon égale entre les pays.

 Source: Covid-19 : et voilà les résultats qui prouvent que la vaccination fonctionne contre la pandémie | Atlantico.fr

Covid-19 : les écoles sont-elles prêtes pour leur réouverture ? | Atlantico.fr

© Philippe LOPEZ / AFP

J-7

Covid-19 : les écoles sont-elles prêtes pour leur réouverture ?

Le lundi 26 avril, les élèves de maternelle et de primaire doivent faire leur retour à l’école. Cette reprise inquiète les syndicats d’instituteurs et de parents d’élèves sur la question du protocole sanitaire. Des municipalités ont commandé des capteurs de CO2 pour les installer dans les écoles et préparer la réouverture.

Atlantico : Depuis le mardi 6 avril, l’école en présentiel a été mise en pause pour une durée de trois semaines. Des pays comme la Finlande ont pu mettre en place un système d’aération particulièrement détaillé et sourcé scientifiquement pour éviter au maximum la propagation aérosol de la Covid-19. Une telle mesure serait-elle intéressante à mettre en place en France pour la réouverture des écoles ?

Collectif Du Côté de la Science : Oui ! Hélas, à moins de nouvelles de dernière minute, il est peu probable que le protocole sanitaire de l’Education nationale change pour la  rentrée, et nous le déplorons. Ce protocole n’est pas adapté aux mesures de sécurité vis-à-vis de la transmission du virus dans les écoles. Il ne protège ni les enfants, ni le personnel (enseignant et non enseignant). Le protocole de l’Education Nationale n’est pas seul responsable de la situation actuelle, mais il y a fortement contribué en ne prenant pas en compte la voie principale de contamination qui est aérienne ; il n’a donc pas permis la mise en place de mesures efficaces pour y faire face. Les recommandations du Haut Comité de la Santé publique datant de juillet et octobre 2020 mentionnent la vectorisation aérienne du virus et recommande d’aérer très régulièrement les endroits clos. Le protocole de l’EN recommande de le faire 2-3 fois par jour, alors qu’il faudrait le faire au moins 2 à 3 fois par heure en fonction du nombre de personnes dans la pièce et de son volume ! La Finlande n’a fait que transcrire en termes plus simples les recommandations du REHVA, de l’ECDC, de l’OMS et d’autres organismes européens et internationaux qui concernent l’aération et la ventilation pour éviter la contagion aérienne par le SARS-CoV-2. Cela avait d’ailleurs conduit notre collectif (Du côté de la science) à publier un document à ce sujet, reprenant également ces mêmes recommandations dans le contexte de l’Education Nationale et à informer auprès de 2 syndicats enseignants début novembre 2020.

Les recommandations finlandaises s’appuient sur la mesure de concentration en CO2 dans l’atmosphère, à l’aide de détecteurs de CO2 très faciles à se procurer. Ce sont des marqueurs de la qualité de l’air : plus le niveau de CO2 est élevé, plus le risque qu’il y ait des aérosols (en cas de présence d’une personne infectée évidemment) est élevé. Pour comprendre, le CO2 est expiré par chacun et s’accumule dans l’air d’une pièce fermée. De la même façon, l’air expiré par une personne infectée même asymptomatique peut contenir du virus en suspension, qui est lui invisible et pas encore mesurable. Une concentration importante en CO2 reflète la possibilité d’une forte concentration de virus dans l’air, et de se contaminer. Ce risque est d’autant plus fort si la personne infectée est fortement excrétrice (super-spreader) comme 10-20 % des personnes contaminées. Pour nous, l’Education nationale devrait investir dans l’achat de tel matériel, permettant de guider le rythme d’aération. Actuellement, les quelques capteurs présents dans les écoles le sont à l’initiative de quelques enseignants ou parents.

Les autorités finlandaises font aussi le point sur l’utilisation des purificateurs d’air et les normes nécessaires pour qu’ils soient utiles  et efficaces. Elles rappellent également que l’objectif principal est d’apporter de l’air extérieur à l’intérieur afin de diluer et d’évacuer les aérosols potentiellement contaminés.

 

À Lire Aussi

Rentrée scolaire et Covid : tout ce qu’il faut savoir si vous êtes un parent d’élève à risque

 

Atlantico : Quelles seraient les mesures à mettre en place impérativement lors de la réouverture, et quelles sont celles qui auraient dû être anticipées ?

Collectif Du Côté de la Science : Il faut évidemment revenir au principe : un enfant positif = une classe fermée et ne plus attendre 3 cas par classe avant d’agir.

Concernant les autres mesures, nous en avons présenté de nombreuses sur notre site : https://ducotedelascience.org/nos-propositions/.

Primo, elles sont spécifiques à l’investissement que nous souhaitons mettre dans la poursuite de l’éducation de nos enfants : acheter et installer des détecteurs de CO2 (recommandation du Haut Comité de Santé Publique du 14 Octobre 2020), vérifier la ventilation correcte des salles de classe, profiter des périodes sans enfant dans les établissements pour revoir les capacités de ventilation des classes et réfectoires, prendre les mesures pour assurer une ventilation minimale et identifier les lieux à risque nécessitant des purificateurs d’air.

 

À Lire Aussi

L’école m’a tueR ? L’étrange parallélisme entre les classement des mauvais élèves du Covid et celui des mauvaises performances scolaires

 

Secundo, elles sont spécifiques aux lieux d’enseignement : d’abord il faut que les professeurs (qui, théoriquement, sont ceux qui parlent le plus pendant un cours !) portent constamment un masque de qualité et soient à proximité d’une source d’aération (fenêtre ouvrable). Ensuite, il faut limiter le brassage des élèves : passage des options en distanciel (actuellement certains groupes mélangent plusieurs classes pour une option par semaine…), mouvements des professeurs plutôt que des élèves entre les cours autant que possible (sauf matériel informatique, scientifique, technologique ou sportif spécifique, etc.).

Tertio, elles sont spécifiques aux cantines et lieux de restauration. Encore plus à risque que le cours dans une classe non ventilée, le repas pris dans un réfectoire bondé avec des enfants non masqués, brassant plusieurs classes, assis les uns en face des autres n’est pas envisageable en période de circulation active du virus. De multiples solutions sont possibles : avec le retour des beaux temps, la prise de repas en extérieur ou sous préau (ventilation optimale), livraison de repas dans les classes afin d’éviter le brassage (et un meilleur traçage en cas de contamination), incitation au retour à domicile des enfants autant que possible par des aménagements des horaires pour les parents, etc. Le Ministère de l’Education Nationale doit collaborer avec celui du Travail sur ces questions. L’autre solution est de laisser les lieux de restauration en l’état : sauf qu’à chaque fois qu’un enfant sera déclaré positif, il faudrait fermer les 2 ou 3 classes ayant partagé une heure de restauration avec lui, si on veut pleinement tenir compte du risque de transmission par aérosol.

Quarto, les mesures sont spécifiques des établissements. A l’instar des autorités finlandaises, l’Education Nationale aurait dû définir des objectifs autour de l’aération, ventilation et voies de transmission à combattre, puis fournir les solutions disponibles et recommandations pour atteindre ces objectifs. On ne lutte pas contre une pandémie sans objectif. Les régions, départements et communes auraient pu alors s’adapter à leurs possibilités et besoins, et réclamer si nécessaire des aides. Certaines mairies ont ainsi pu transformer des salles municipales ou gymnases inoccupés en extension pour les cantines ou les cours, afin justement d’assurer une meilleure sécurité pour les enfants et les personnels d’éducation ; hélas, cela n’est pas la règle.

Quinto, les mesures doivent s’adapter aux conditions sanitaires. Comme prévu par l’Education Nationale en été 2020, une adaptation territoriale selon la circulation du virus serait pertinente. Il faut se préparer à tout, et notamment à des cours en distanciel pour tout ou partie (classes hybrides). La vaccination des personnels de l’éducation est aussi un point important, dès qu’elle sera possible… Enfin, il faut développer les tests itératifs et systématiques pour isoler les enfants contaminés asymptomatiques afin de réduire la diffusion du virus dans l’école mais également sur le lieu de travail des parents des enfants concernés par effet boule de neige.

 

À Lire Aussi

Covid : de nouvelles données soulignent les risques de contamination à l’école. Faut-il les rouvrir à la rentrée ?

 

Atlantico : Que nous a appris le protocole sanitaire d’aération des salles de classes, de systématisation du port du masque chirurgical et l’évolution des protocoles de fermetures de classes sur la capacité du milieu scolaire à maintenir une activité d’enseignement tout en préservant les élèves comme les professeurs ?

Collectif Du Côté de la Science : “Qu’on a encore du chemin à faire et une bonne marge de progression” comme diraient certains professeurs pour l’évaluation de certains élèves. Les mesures successives nous ont montré que les dirigeants n’avaient pas pris au sérieux la voie aérienne de contamination, et n’avaient donc pas pris les bonnes mesures pour protéger efficacement les personnels et les élèves, menant à la situation que nous vivons. Par ailleurs les tests systématiques salivaires finalement lancés récemment (mais bien trop tard) ont également confirmé ce qui avait déjà été démontré dans de nombreux pays et par de nombreuses publications, à savoir que la contamination des enfants est similaire à celle de la communauté. La seule différence est qu’ils sont moins symptomatiques, donc moins testés, car leur système immunitaire est plus rapide et plus efficace. Rappelons d’ailleurs que le port du masque à l’école dès 6 ans a été obtenu de longue lutte et ne faisait pas partie des mesures initiales de l’Education Nationale. Le dogme qui considère que l’on isole la classe qu’à partir du troisième cas n’est ni scientifiquement ni médicalement rationnel : il doit être supprimé. Le protocole sanitaire ne repose malheureusement pas sur des mesures efficaces de contrôle et protection, mais sur une approche visant une efficacité à la marge et la continuité des cours dans des conditions très dégradées qui sont certainement loin d’être meilleures que des cours à distance s’ils avaient été pensés, préparés et déployés à l’avance. Pourquoi n’avoir pas eu un projet national de continuité des cours via le support numérique au cours de l’été 2020 ? Fallait-il vraiment être dans le mur pour se rendre compte que c’était une solution efficace, même temporairement, et un investissement d’avenir ?

Source: Covid-19 : les écoles sont-elles prêtes pour leur réouverture ? | Atlantico.fr

Covid longs : vers un problème majeur de santé publique ignoré par les autorités sanitaires ? | Atlantico.fr

Covid longs : vers un problème majeur de santé publique ignoré par les autorités sanitaires ?

© Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Symptômes

Covid longs : vers un problème majeur de santé publique ignoré par les autorités sanitaires ?

Les études sur les cas de Covid long au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis alertent sur le nombre de patients concernés. En Grande-Bretagne, un patient atteint du Covid-19 sur quatre conserverait des symptômes persistants selon les chiffres de l’Office for National Statistics. Et un patient atteint du Covid-19 sur trois souffrirait de problèmes psychologiques ultérieurs selon une étude du Lancet Psychiatry. Le Covid long pourrait devenir un enjeu de santé publique.

Atlantico : Les données concernant le Covid long au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis sont de plus en plus nombreuses et alertent sur un pourcentage non négligeable de patients concernés. Au Royaume-Uni, un patient atteint du Covid-19 sur quatre conserverait des symptômes persistants selon les chiffres de l’Office for National Statistics. Et un patient atteint du Covid-19 sur 3 souffrirait de problèmes psychologiques ultérieurs selon une étude du Lancet Psychiatry. En France, ces données sont beaucoup plus difficiles à avoir. A combien peut-on l’estimer ? Ce manque de chiffres est-il dû à une trop faible considération de ce problème ?

Michaël Rochoy : C’est une pathologie qui reste mal codifiée, il n’y a pas de diagnostic de certitude. Les chiffres de l’Office for National Statistics sont basés sur un auto-questionnaire recueilli le 6 mars 2021. La question posée était : Pouvez-vous aujourd’hui vous décrire comme ayant un Covid long ? A savoir : avoir des symptômes persistant plus de 4 semaines après avoir eu le Covid sans pouvoir l’expliquer par quelque chose d’autre.

En France, il n’existe aucun chiffres officiels. Il n’y a pas non plus à ma connaissance de suivi national du Covid long ni d’étude de cohorte.

La HAS reconnaît le Covid Long mais ne parle pas de ce seuil de 4 semaines. On n’a donc pas de définition consensuelle entre le Royaume-Uni et le France. Les chiffres sont donc forcément à prendre avec des pincettes. Sur son site, la HAS décrivait que la persistance des symptômes représentait 20% des patients après 5 semaines et plus de 10% après 3 mois, le tout en reprenant des chiffres anglais. Cela semble plutôt cohérent. Mais la HAS ne parle pas spécifiquement du Covid long, ils font plutôt mention de “symptômes prolongés” suite au Covid-19.

 

À Lire Aussi

Près de la moitié des patients atteints de Covid long disent ne pas avoir pu reprendre de vie professionnelle normale 6 mois après avoir contracté la maladie

 

En février 2021, la Haute autorité de santé et l’Assemblée nationale ont reconnu pour la première fois le Covid long comme une pathologie. Est-ce suffisant ? Les dispositifs de prise en charge et de suivi de ces cas sont-ils en capacité de gérer cette situation ?

Il y a eu cette fiche “réponses rapides”  de la HAS publiée en février mais ils travaillent sans doute dessus depuis un moment. C’est assez raisonnable aussi de ne pas se précipiter car le Covid long n’est pas encore bien défini médicalement. Il y a plusieurs symptômes et pas forcément d’explication claire.

La stratégie adoptée par la HAS est une stratégie de symptômes qui doivent être principalement pris en charge en soins primaires (en médecine générale) et éviter l’escalade d’examen paracliniques. Parce que si on est à 25% de Covid “longs” à 4 semaines et ça diminue à 10% après 3 mois, c’est quelque chose qui a tendance à évoluer spontanément de façon favorable. Cela avait été déjà décrit avec le Sras en 2003. Le suivi en médecine générale devrait être suffisant dans la majorité des cas.

A terme pourrait-on se retrouver dans une situation durable avec des gens inaptes à travailler ? Comment y faire face ?

 

À Lire Aussi

Ces patients atteints de Covid long dont les symptômes persistent après avoir été vaccinés

 

Plusieurs hypothèses existent à ce sujet dont celle d’un réservoir viral persistant, ou d’une inflammation provoquée par le persistance de fragments viraux ou d’une réponse auto-immune qui persisterait après l’infection. Dans le traitement, il semblerait qu’après le vaccin Pfizer ou AstraZzeneca il y ait une diminution ou une amélioration des symptômes selon une étude qui est encore à l’état de préprint. Cela peut être une piste pour soigner les Covid longs dans la majorité des cas.

Le Covid long peut-il devenir un enjeu de santé publique ?

Oui en effet, surtout si le Covid long nécessite des soins et des examens paracliniques coûteux à l’avenir. Cela peut aussi entraîner plus tard la découverte d’autres choses qui n’auraient pas été explorées auparavant.

Il y a aussi un risque de surmédicalisation, de sur-investigation ou de surtraitement parfois, avec tout ce que ça peut entraîner de nocif comme effets indésirables.

 

À Lire Aussi

L’autre danger de la « troisième voie » française : le Covid Long frappe indépendamment de l’âge

 

La possibilité de Covid Long chez les enfants est également à surveiller. C’est évoqué dans l’article de l’Office pour les statistiques nationales. Le Covid long touche tous les âges, surtout les femmes, un peu plus les adultes mais les enfants ne sont pas épargnés pour autant. L’index de déprivation montre que les gens les plus pauvres sont un peu plus touchés et ceux qui avaient une condition physique altérée avant d’avoir le Covid ont aussi plus de symptômes (et c’est notamment à prendre en compte quand on analyse les auto questionnaires des patients).

Source: Covid longs : vers un problème majeur de santé publique ignoré par les autorités sanitaires ? | Atlantico.fr

Les perturbantes motivations de la décision suédoise de maintenir les écoles ouvertes (et quid de celles de la France… ?) | Atlantico.fr

Des pays comme la France et la Suède ont décidé de maintenir les écoles ouvertes ces derniers mois malgré les incertitudes sur les contaminations à la Covid-19..

© Philippe LOPEZ / AFP

Lieux de contaminations

Les perturbantes motivations de la décision suédoise de maintenir les écoles ouvertes (et quid de celles de la France… ?)

Des pays comme la France et la Suède ont décidé de maintenir les écoles ouvertes ces derniers mois. L’épidémiologiste en chef de la Suède, le docteur Anders Tegnell, a évoqué l’idée que les enfants soient des contaminateurs permettant d’atteindre l’immunité collective. Quelles sont les précautions et mesures à prendre au sein des établissements scolaires pour freiner les contaminations ?

Atlantico : Certains pays ont défendu le maintien de l’ouverture des écoles comme la France, la Suède, etc. Qu’est-ce qui peut expliquer cette sorte d’exception française ?

Michaël Rochoy : Ne pas fermer les écoles, c’est en France un cache-misère concernant le télé-enseignement. On n’a pas mis en place le télé-enseignement de manière aussi automatique et ça n’a pas été une grande réussite, les professeurs ont dû se débrouiller avec leur propre matériel… Jean-Michel Blanquer s’est érigé en hérault de ceux qui ne veulent pas fermer les écoles, mais en France personne ne veut fermer les écoles : les pédiatres ne voulaient même pas de masques, qu’on ne fasse rien, avant de reconnaître leur utilité très tardivement, et nous -médecins-, nous n’avons jamais voulu la fermeture des écoles. Tout ce que nous avons recommandé, c’était l’allongement des vacances scolaires d’une troisième semaine à la Toussaint avec un confinement de l’ensemble du pays, qui aurait permis de casser la dynamique qui fait qu’on soit à 300 morts par jours actuellement. L’autre recommandation était d’agréger les vacances scolaires de février sur quatre semaines. Il y avait des choses à faire qui n’ont pas été faites, et des moyens de casser la courbe qui n’ont pas été employés. On veut que les élèves progressent, qu’il n’y ait pas de baisse du niveau scolaire, autant que possible. Maintenant il ne faut pas d’obstination déraisonnable ; les enfants vont survivre à deux semaines d’écoles en moins, mais certaines personnes ne vont pas survivre à l’absence d’aménagement. Il faut que les écoles restent ouvertes, mais pas à n’importe quel prix.

En Suède, des courriels de l’épidémiologiste en chef, le docteur Tegnell, au printemps 2020 évoquaient l’idée que les enfants soient des bons contaminateurs pour atteindre l’immunité collective. Se peut-il que la France ait cette même logique ?

C’est une possibilité, mais même si c’est le cas elle complètement inavouable. Si elle a été envisagée on ne le saura jamais, mais on saurait mettre cette hypothèse complètement de côté. Toutefois, pour atteindre l’immunité collective il faudrait que tous les enfants se contaminent en même temps, sans faire de forme grave. Certes, ils en font peu mais il peut y avoir des Covid longs chez les enfants, et on ne peut adopter une stratégie basée sur la contamination des enfants, d’autant que les enfants ont besoin de la présence des adultes, surtout les 0-10 ans. Donc la contamination d’un enfant entraîne celle d’un adulte.

 

À Lire Aussi

Les Covid longs se développent aussi chez les enfants

 

Le même épidémiologiste suédois affirmait publiquement que les écoles n’étaient pas un lieu de forte contamination. Le gouvernement français a tardé lui aussi à reconnaître les contaminations à l’école, parfois au mépris des données scientifiques. Qu’est-ce qui explique cela ?

Il n’a pas tardé seulement sur ce sujet. Ça a été le cas pour reconnaître l’intérêt des masques également. Il y a toujours eu une négation de la transmission du virus par voie aérienne dans les lieux clos, dans les écoles. L’académie de médecine a toujours soutenu la nécessité du port du masque dans les lieux clos, mais on a longtemps affirmé que cela ne concernait pas les écoles. Les sources (OMS, académie de médecine), étant, en ces périodes d’incertitudes, parfois contradictoires, les pistes suivies étaient celles que l’on voulait entendre à l’époque. Il y a une responsabilité de n’avoir pas suivi les choses qui étaient conseillées, à savoir sécuriser les écoles, mettre en place la distanciation sociale, créer des systèmes de bulles afin de faire en sorte que les enfants ne se mélangent pas entre classes à la cantine. Le fait de nier qu’il y ait des contaminations à l’école aide à se dédouaner de cette responsabilité. Un deuxième point est que l’école est une garderie et on ne veut pas l’énoncer comme tel. On sait que si les enfants ne vont pas à l’école, les parents ne peuvent pas travailler. Un ministre disait d’ailleurs dans un message que « si on avait écouté les Cassandre, on serait en train de travailler avec des enfants sur nos genoux. ».

Si l’on ne ferme pas les écoles, quelles sont les précautions et mesures à prendre ?

Il y a plein de choses faisables. D’abord, il faut une aération. On peut avoir des marqueurs, des captures à CO2 qui dès qu’elles indiquent 800-1000ppm exigent plus d’aération. On considère qu’à partir de cette limite le risque augmente beaucoup car il y a beaucoup plus de particules dans l’air. Ensuite, il y a des systèmes de ventilations (VMCs, des fenêtres qui s’ouvrent, la purification d’air avec des filtres HEPA), à la cantine notamment puisque les enfants y retirent leur masque. Ils n’ont pas le choix donc il faut se demander ce qu’on peut améliorer.

 

À Lire Aussi

Covid : de nouvelles données soulignent les risques de contamination à l’école. Faut-il les rouvrir à la rentrée ?

 

Le ministre de l’Education Nationale a affirmé envisager l’hypothèse de fermer les cantines et pas les écoles si la situation sanitaire le rendait nécessaire. Que penser de cette idée ?

C’est une question qu’on évoque depuis un moment, ça fait longtemps que l’on dit que les cantines sont une absurdité, puisque c’est un des rares restaurants qui reste ouvert en France, avec les cantines d’entreprise. Est-ce une mesure efficace ? Oui fatalement, même si le protocole a été adapté, il y a toujours trois-quatre classes qui mangent ensemble dans le réfectoire, dans un grand lieu clos, pas forcément bien ventilé au moment où les enfants mangent, donc il y a quand même un potentiel de contagion élevé. C’est de surcroît le moment lors duquel les enfants sont sans masque, lors duquel tout enfant atteint peut transmettre la Covid à sa table de repas d’abord, puis à sa classe, et éventuellement à d’autres classes. Il faut sûrement prendre des mesures, toutefois il ne faut pas fermer. Confiner, fermer, ce sont des échecs. Il faut surtout se donner les moyens, et faire de la prévention ; pas attendre des taux d’incidence qui dépassent les 400 pour envisager la fermeture des cantines, alors qu’il y avait déjà auparavant la possibilité de développer les systèmes de ventilation, de purification de l’air. Evidemment cela demande des moyens financiers mais c’est un investissement nécessaire qui aurait pu être fait en amont. Il faut le concevoir dans une politique nationale, c’est à dire voir ce qu’on fait pour les enfants. Il existe évidemment la question des enfants précaires, qui sans cantine ne peuvent pas manger chez eux par exemple, mais également celle de certaines professions dites essentielles, qui ne peuvent pas par exemple le midi se déplacer pour récupérer les enfants. La question peut également être celle de l’introduction d’un chômage partiel, et doit donc rentrer dans une démarche plus globale que la simple fermeture des cantines. Il faut que ce soit quelque chose concerté avec différents ministères mais notamment le ministère du Travail.

Source: Les perturbantes motivations de la décision suédoise de maintenir les écoles ouvertes (et quid de celles de la France… ?) | Atlantico.fr