Alerte à la pensée magique : non les vaccins ne peuvent pas tout. Et on ne peut PAS dissocier leur efficacité du comportement des vaccinés  | Atlantico.fr

Une femme reçoit une dose de vaccin Pfizer contre la Covid-19 dans un Vaccibus dans le nord de la Corse, le 22 juillet 2021.

Une femme reçoit une dose de vaccin Pfizer contre la Covid-19 dans un Vaccibus dans le nord de la Corse, le 22 juillet 2021.Une femme reçoit une dose de vaccin Pfizer contre la Covid-19 dans un Vaccibus dans le nord de la Corse, le 22 juillet 2021.

© PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP

Gestes barrières

Alerte à la pensée magique : non les vaccins ne peuvent pas tout. Et on ne peut PAS dissocier leur efficacité du comportement des vaccinés

Tout à sa politique du chiffre et de la démonstration de force, le gouvernement a eu tendance à privilégier une communication valorisant le « tout est possible aux vaccinés ». Une erreur majeure en matière d’efficacité sanitaire.

Atlantico : La communication du gouvernement pour encourager à la vaccination pousse les futurs vaccinés à croire que pour eux, tout sera possible une fois les deux doses injectées. Ce discours n’est-il pas un peu dangereux ? Cela pourrait-il engendrer un non-respect des gestes barrières chez les vaccinés ?

Michaël Rochoy : Tout dépend quel est notre seuil d’acceptabilité des risques : décès, réanimations, hospitalisations, Covid-longs… sans oublier les risques sociaux. Par exemple, en cas de rentrée en septembre avec un nombre de cas quotidien très élevé, il faut s’attendre à des élèves de moins de douze ans non-vaccinés qui seront presque systématiquement positifs ou cas contacts. Il faudra prévoir des PCR à répétition, des fermetures de classe, de l’absentéisme scolaire, de l’absentéisme au travail… A quoi s’ajoute le risque théorique d’émergence d’un variant avec un échappement immunitaire ou la découverte de maladies associées au Covid-19 comme des maladies neuro-dégénératives.

Les message envoyé par le gouvernement est de dire : “si vous êtes vacciné, vous pouvez revenir à la vie d’avant et tant pis si cela implique quelques contaminations en plus”. Le problème, c’est ce que va représenter ces “contaminations en plus”.

Le risque de contamination des vaccinés est minime, mais il existe quand même ?

Le risque est diminué mais il n’est pas nul, surtout pour les personnes vaccinées avec une seule dose.

 

À Lire Aussi

Passe sanitaire : mais qui osera dire STOP aux restrictions des libertés publiques décorrélées d’une efficacité sanitaire établie ?

 

Quel discours devrait-on tenir aux néo-vaccinés, sur la question du masque par exemple ?

Je pense qu’il ne faut pas retirer le masque en intérieur, quand bien même on est vacciné. On parle aujourd’hui de retrait de masque en intérieur sur présentation du passe sanitaire : les personnes concernées sont des personnes vaccinées mais aussi des personnes qui ont fait une PCR négative il y a 48h et qui pourrait très bien être positive le jour J. Je pense qu’on envoie là un très mauvais signal.

La décorrélation actuelle entre courbe des contaminations et courbe des décès pousse-t-elle à l’imprudence ?

L’augmentation du nombre de cas ne se traduit pas pour l’instant par une augmentation du nombre de décès. Aujourd’hui, nous sommes à 30 décès par jour. On en revient à la question de l’acceptabilité. Est-on prêt à accepter 30 décès par jour, soit trois fois la mortalité quotidienne par accident de la route ? Le discours ambiant du gouvernement est de dire que oui, c’est acceptable. Je ne sais pas si les Français partagent cet avis.

Dans sa stratégie vaccinale, le gouvernement semble adopter une politique du chiffre, presque entrepreneuriale plus que vraiment sanitaire. Risque-t-il de cette façon d’ignorer les enjeux de circulation virale ?

La vision entrepreneuriale du gouvernement n’est plus vraiment fondée. Aujourd’hui, les gens vont se faire vacciner. Le problème devient surtout celui d’obtenir un rendez-vous. Emmanuel Macron a peut-être un peu boosté la campagne mais le nombre de vaccination par jour était déjà assez important avant ses annonces. Aujourd’hui, ça ne sert plus à rien de vouloir “accélérer” la vaccination. Dans certains endroits, les prochains rendez-vous sont fixés en septembre.

Ensuite effectivement, on est tentés de penser que le gouvernement ne regarde plus que les chiffres de vaccinations et ignore les autres indicateurs. On peut se demander si le gouvernement ne veut pas atteindre une immunité hybride (via le vaccin et via la contamination), un peu comme Boris Johnson, en acceptant le prix à payer dont on a parlé avant.

Si on ne veut pas regretter plus tard d’avoir laissé trop circuler le virus, il faut prendre des mesures plus fortes, même si c’est compliqué car tout le monde veut retrouver une vie normale. Mais il faut comprendre que plus la circulation du virus est faible, plus vite on reprendra une vie complètement normale.

 Source: Alerte à la pensée magique : non les vaccins ne peuvent pas tout. Et on ne peut PAS dissocier leur efficacité du comportement des vaccinés  | Atlantico.fr

Covid longs : vers un problème majeur de santé publique ignoré par les autorités sanitaires ? | Atlantico.fr

Covid longs : vers un problème majeur de santé publique ignoré par les autorités sanitaires ?

© Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Symptômes

Covid longs : vers un problème majeur de santé publique ignoré par les autorités sanitaires ?

Les études sur les cas de Covid long au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis alertent sur le nombre de patients concernés. En Grande-Bretagne, un patient atteint du Covid-19 sur quatre conserverait des symptômes persistants selon les chiffres de l’Office for National Statistics. Et un patient atteint du Covid-19 sur trois souffrirait de problèmes psychologiques ultérieurs selon une étude du Lancet Psychiatry. Le Covid long pourrait devenir un enjeu de santé publique.

Atlantico : Les données concernant le Covid long au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis sont de plus en plus nombreuses et alertent sur un pourcentage non négligeable de patients concernés. Au Royaume-Uni, un patient atteint du Covid-19 sur quatre conserverait des symptômes persistants selon les chiffres de l’Office for National Statistics. Et un patient atteint du Covid-19 sur 3 souffrirait de problèmes psychologiques ultérieurs selon une étude du Lancet Psychiatry. En France, ces données sont beaucoup plus difficiles à avoir. A combien peut-on l’estimer ? Ce manque de chiffres est-il dû à une trop faible considération de ce problème ?

Michaël Rochoy : C’est une pathologie qui reste mal codifiée, il n’y a pas de diagnostic de certitude. Les chiffres de l’Office for National Statistics sont basés sur un auto-questionnaire recueilli le 6 mars 2021. La question posée était : Pouvez-vous aujourd’hui vous décrire comme ayant un Covid long ? A savoir : avoir des symptômes persistant plus de 4 semaines après avoir eu le Covid sans pouvoir l’expliquer par quelque chose d’autre.

En France, il n’existe aucun chiffres officiels. Il n’y a pas non plus à ma connaissance de suivi national du Covid long ni d’étude de cohorte.

La HAS reconnaît le Covid Long mais ne parle pas de ce seuil de 4 semaines. On n’a donc pas de définition consensuelle entre le Royaume-Uni et le France. Les chiffres sont donc forcément à prendre avec des pincettes. Sur son site, la HAS décrivait que la persistance des symptômes représentait 20% des patients après 5 semaines et plus de 10% après 3 mois, le tout en reprenant des chiffres anglais. Cela semble plutôt cohérent. Mais la HAS ne parle pas spécifiquement du Covid long, ils font plutôt mention de “symptômes prolongés” suite au Covid-19.

 

À Lire Aussi

Près de la moitié des patients atteints de Covid long disent ne pas avoir pu reprendre de vie professionnelle normale 6 mois après avoir contracté la maladie

 

En février 2021, la Haute autorité de santé et l’Assemblée nationale ont reconnu pour la première fois le Covid long comme une pathologie. Est-ce suffisant ? Les dispositifs de prise en charge et de suivi de ces cas sont-ils en capacité de gérer cette situation ?

Il y a eu cette fiche “réponses rapides”  de la HAS publiée en février mais ils travaillent sans doute dessus depuis un moment. C’est assez raisonnable aussi de ne pas se précipiter car le Covid long n’est pas encore bien défini médicalement. Il y a plusieurs symptômes et pas forcément d’explication claire.

La stratégie adoptée par la HAS est une stratégie de symptômes qui doivent être principalement pris en charge en soins primaires (en médecine générale) et éviter l’escalade d’examen paracliniques. Parce que si on est à 25% de Covid “longs” à 4 semaines et ça diminue à 10% après 3 mois, c’est quelque chose qui a tendance à évoluer spontanément de façon favorable. Cela avait été déjà décrit avec le Sras en 2003. Le suivi en médecine générale devrait être suffisant dans la majorité des cas.

A terme pourrait-on se retrouver dans une situation durable avec des gens inaptes à travailler ? Comment y faire face ?

 

À Lire Aussi

Ces patients atteints de Covid long dont les symptômes persistent après avoir été vaccinés

 

Plusieurs hypothèses existent à ce sujet dont celle d’un réservoir viral persistant, ou d’une inflammation provoquée par le persistance de fragments viraux ou d’une réponse auto-immune qui persisterait après l’infection. Dans le traitement, il semblerait qu’après le vaccin Pfizer ou AstraZzeneca il y ait une diminution ou une amélioration des symptômes selon une étude qui est encore à l’état de préprint. Cela peut être une piste pour soigner les Covid longs dans la majorité des cas.

Le Covid long peut-il devenir un enjeu de santé publique ?

Oui en effet, surtout si le Covid long nécessite des soins et des examens paracliniques coûteux à l’avenir. Cela peut aussi entraîner plus tard la découverte d’autres choses qui n’auraient pas été explorées auparavant.

Il y a aussi un risque de surmédicalisation, de sur-investigation ou de surtraitement parfois, avec tout ce que ça peut entraîner de nocif comme effets indésirables.

 

À Lire Aussi

L’autre danger de la « troisième voie » française : le Covid Long frappe indépendamment de l’âge

 

La possibilité de Covid Long chez les enfants est également à surveiller. C’est évoqué dans l’article de l’Office pour les statistiques nationales. Le Covid long touche tous les âges, surtout les femmes, un peu plus les adultes mais les enfants ne sont pas épargnés pour autant. L’index de déprivation montre que les gens les plus pauvres sont un peu plus touchés et ceux qui avaient une condition physique altérée avant d’avoir le Covid ont aussi plus de symptômes (et c’est notamment à prendre en compte quand on analyse les auto questionnaires des patients).

Source: Covid longs : vers un problème majeur de santé publique ignoré par les autorités sanitaires ? | Atlantico.fr

Covid-19 : Israël pense nécessaire de vacciner les enfants, le Royaume-Uni prépare ses hôpitaux à une hausse des cas pédiatriques graves | Atlantico.fr

© Luis ROBAYO / AFP

Réaction inflammatoire

Covid-19 : Israël pense nécessaire de vacciner les enfants, le Royaume-Uni prépare ses hôpitaux à une hausse des cas pédiatriques graves

Le Covid-19 déclencherait une réponse inflammatoire chez certains enfants. Le système hospitalier britannique est mobilisé pour accueillir ces jeunes patients. Connaît-on une hausse des cas en France ? Faut-il s’inquiéter pour les enfants ?

Atlantico.fr : Le Covid-19 pourrait provoquer chez certains enfants un syndrome inflammatoire multisystémique (MIS-C ou PIMS). Au Royaume-Uni le système hospitalier s’organise pour faire face à cette menace qui augmente. De quoi s’agit-il ? Assiste-t-on à une hausse des cas aussi en France ?

Michaël Rochoy : C’est une réaction inflammatoire qui survient quatre à six semaines après l’infection. On n’a pas encore de certitudes sur le mécanisme d’actions. Après avoir été contaminé par le Covid, le corps de l’enfant fabrique des anticorps qui vont entraîner une réaction systémique. Ce n’est pas le virus lui-même qui est la cause mais la réaction du système immunitaire qui donne une réaction inflammatoire. Il y a plusieurs symptômes : la fièvre persistante systématique, on retrouve d’autres symptômes notamment gastro-intestinaux (douleurs, diarrhées) et aussi des éruptions cutanées qui sont fréquentes, ou encore des problèmes cardiaques (myocardite, inflammation du myocarde)

On sait que c’est un syndrome qui peut être lié à des prédispositions génétiques. Une équipe de l’hôpital Necker a notamment conclu en juin que les enfants ayant des ancêtres africains étaient plus à risque.

On rapproche souvent le PIMS de la maladie de Kawasaki qui est une inflammation post-infectieuse qui donne des signes similaires mais dans des proportions différentes.

La hausse du nombre de cas de PIMS semble liée au nombre de cas de Covid. Santé publique France montre que les courbes ont bien suivi les deux vagues en France. 368 cas ont été détectés en France entre mars 2020 et 24 janvier 2021 : 44 % de filles, avec un âge médian de 7 ans. En mai dernier, un enfant est décédé à Marseille.

Au-delà du PIMS, qu’en est-il des risques de cas graves de Covid chez les jeunes ? Est-ce en augmentation ?

Il est encore difficile de répondre de manière définitive. C’est trop tôt pour dire si les variants donnent plus de formes graves. Ce qui compte c’est surtout la transmission. Etant donné que le variant se transmet davantage, il y a plus de cas et donc plus de formes graves. Il faut donc surtout éviter la transmission en amont.

Israël a ouvert la vaccination aux jeunes de moins de 16 ans. Est-ce un choix stratégique au vu des dernières données sur la forte capacité de transmission des jeunes, notamment en milieu scolaire ?

C’est un choix qui semble réfléchi puisqu’Israël arrive à la fin de de son plan de vaccination (ils n’ont pas commencé par vacciner les jeunes). Mais il serait intéressant d’avoir un recul, il ne faudrait pas que ce soit un essai clinique sauvage. Il faudrait un certain suivi pour avoir des données qui arrivent rapidement pour s’assurer qu’il n’y ait pas de syndromes systémiques qui arriveraient après par exemple. Même si je n’y crois pas, il faut garder un œil critique et ne pas vacciner n’importe comment. Je pense qu’ils ont raison de le faire mais cela aurait été mieux si on avait eu des essais cliniques validés pour ça.

Le vaccin Pfizer a une autorisation de mise sur le marché uniquement pour les plus de 16 ans. Israël prend la responsabilité de vacciner les moins de 16 ans, c’est leur décision. A priori, ça va bien fonctionner, mais jusqu’à quel âge ? Les systèmes immunitaires ne sont pas les mêmes, notamment chez les très jeunes. Où est-ce qu’on s’arrête ? 5 ans ? 2 ans ? Avec quelle dose ? Il y a pas mal de questions qui se posent. Par exemple, pour la diphtérie et la coqueluche, on n’utilise pas les mêmes doses avant 10 ans et après 10 ans. Idem pour l’hépatite B (pas la même dose avant et après 11 ans). Il y a donc des variations chez les enfants en termes de vaccins par rapport aux adultes.

Source: Covid-19 : Israël pense nécessaire de vacciner les enfants, le Royaume-Uni prépare ses hôpitaux à une hausse des cas pédiatriques graves | Atlantico.fr