Covid-19 : Dispenser les Européens vaccinés de test pour entrer en France, une bonne idée ?

La frontière franco-italienne, à Menton. (illustration) — Mandoga Media/Sipa USA/SIPA
    • A partir du 9 juin il sera plus facile pour les ressortissants et ressortissantes de l’Union européenne d’entrer en France : s’ils ou elles sont vaccinées, plus besoin d’un test PCR négatif.

 

    • C’est une bonne chose pour les médecins interrogés par 20 Minutes, qui expliquent que les données sont maintenant assez claires sur la réduction de la transmissibilité quand on est vacciné.

 

    • Vu l’avancée de la vaccination en Europe, cela ne concernera de toute façon pas beaucoup de monde dans un premier temps.

 

Et voici la couleur ! Bien après la plupart de ses voisins, la France a décidé de classer chaque pays du vert au rouge en passant par l’orange suivant leur niveau de circulation du coronavirus et leur couverture vaccinale. Sans surprise, on retrouve dans la zone rouge les pays concernés depuis quelques semaines déjà par la fermeture quasi-totale des frontières (Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Inde…).
Toute l’Union européenne se situe de son côté en zone verte. Nul besoin d’avoir un motif impérieux pour venir en France en provenance de ces pays, il suffira d’un test PCR négatif datant de moins de quarante-huit heures. Mieux : si vous avez été totalement
vacciné, plus aucun dépistage n’est obligatoire. Mais cette mesure est-elle tout à fait sûre d’un point de vue sanitaire ?

« C’est une bonne idée et une source d’économie non négligeable », pour le médecin spécialiste en épidémiologie Michaël Rochoy, membre du collectif « Du côté de la science ». Même son de cloche du côté d’Anne Senequier, médecin et codirectrice de l’Observatoire de la santé mondiale, pour qui « c’est une suite logique ». On a du recul désormais sur l’effet des vaccins sur les contaminations. Les diverses études réalisées depuis le début des vaccinations, fin 2019, nous permettraient de prendre ce « risque » : « La vaccination est un processus usuellement pensé comme une protection individuelle mais aussi sociétale. Si on avait un doute sur la protection sociétale au début de l’année, les études ont démontré aujourd’hui que la vaccination permet bien une diminution de la transmissibilité de la pathologie. »

Des trous dans la raquette

Dans ce contexte, demander un test PCR négatif en plus d’une vaccination totale est aujourd’hui un peu superfétatoire. « Un test PCR ne donne qu’une réponse à un temps T, rappelle Michaël Rochoy. Vous pouvez avoir été négatif un jour et être positif le lendemain. La vaccination est beaucoup plus longitudinale. » En clair : même si la doctrine des tests PCR systématiques est utile quand on n’a pas de vaccin, cela reste une stratégie comprenant de nombreux trous dans la raquette. « Si vous êtes vaccinés, le risque que vous soyez positif demain est grandement diminué, voire quasi éliminé », ajoute Anne Senequier.

Parmi les pays riches, où ont été administrées la majorité des 2 milliards d’injections réalisées jusque-là, l’Union européenne reste la zone où la couverture vaccinale est la moins bonne. Un peu moins de 20 % de la population de l’Union européenne est totalement vaccinée contre 40 % au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, par exemple. En Israël, c’est carrément 60 % de la population qui a reçu ses doses de vaccin. L’immunité collective n’est pas pour demain en France, mais cela ne représenterait pas forcément un obstacle à cette absence de test PCR : « Le nombre de personnes doublement vaccinées ne va faire qu’augmenter, pense Michaël Rochoy. Et probablement rapidement, puisque 40 % de la population française a déjà reçu au moins une dose. »

D’après les chiffres, même si cela pourrait vite augmenter, cette mesure ne va concerner pour l’instant que peu de monde. Et, à la veille du début de l’été, probablement pas beaucoup de vacanciers ou de vacancières : « Du fait que seuls les majeurs sont vaccinés pour l’instant en Europe, c’est une mesure qui cible d’abord les travailleurs transfrontaliers, et les hommes/femmes d’affaires voyageant à travers l’Europe. Pas les familles qui partent en vacances et comptent probablement des mineurs, analyse Anne Senequier. C’est pour aider le côté économique au niveau européen. » La philosophie de l’Union européenne de libre circulation des personnes, entravée depuis le début de la pandémie, retrouvera ainsi plus de réalité.



142

partages

Source: Covid-19 : Dispenser les Européens vaccinés de test pour entrer en France, une bonne idée ?