England’s schools must be made safe: An open letter to the education secretary – The BMJ

.entry-header Pupils of a secondary school going home after school

The lack of robust mitigation measures in schools puts children at greater risk of covid-19 infection and its consequences

To:
The Rt Hon Gavin Williamson MP
Secretary of state for education
Department for Education
20 Great Smith Street
London
SW1P 3BT

Dear Mr Williamson,

We write as researchers, parents, and educators concerned about the impact of the pandemic on children’s education. Like you, and in agreement with the World Health Organization (WHO), we recognise the importance of schools staying open over the autumn and in the longer term. However, as the WHO also notes, schools must be made safe by adopting measures to minimise transmission of the SARS-CoV-2 virus. We are therefore writing to express our concerns about the lack of mitigations for children and educational staff, and the subsequent risk to children from covid-19 as schools reopen in England this September. We offer nine evidence based recommendations to reduce new infections in children.

Children have suffered significant harms from covid-19. In just the past two months there have been over 2300 hospitalisations of under 18s in England. There are an estimated 34 000 children living with long covid in the UK already, with 22 000 reporting significant impacts on their day to day activities, 7000 of whom have had symptoms for more than a year (Office for National Statistics). Up to one in seven of those infected are expected to have persisting symptoms at 12-15 weeks. Long covid can be associated with multisystem disease in some children, including persistent cognitive symptoms. SARS-CoV-2 is a neurotrophic and pro-inflammatory virus with neuroinvasive potential that can infect the brain, with structural brain changes having been observed in adults, including those with mild infection. Allowing mass infection of children is therefore reckless.

The evidence from Scotland and the USA, where schools reopened a few weeks ago, suggests that the lack of adequate mitigations will likely lead to infections spreading among children and significant absences due to student and staff illness, further disrupting learning.

Children are now returning to school against a background of community infection levels 26 times higher than at the same time last year, and with the much more transmissible Delta variant accounting for almost all infections. Currently, one in 50 primary school children and one in 40 secondary school children have prevalent infection (ONS) and we are experiencing 40-50 hospitalisations in under 18s every day. The Scientific Advisory Group for Emergencies (SAGE)  has warned that schools returning will likely lead to significant increases in cases in school age groups. This will coincide with increased pressure on the NHS over winter due to other respiratory viruses, and potentially alongside waning SARS-CoV-2 immunity among the most vulnerable. This puts everyone at risk, ​​and exacerbates the additional burden on people from disadvantaged areas, as well as those predisposed to more severe disease from Black and Asian communities.

Both the European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) and the US Centers for Disease Control and Prevention (CDC) have recommended vaccination of teenagers, together with a combination of measures such as masking, small bubbles, testing, and improved ventilation in schools this autumn to keep children safer and in education. England has not followed this advice. There has been no plan for robust mitigation measures in schools to reduce the risk to children from infection and the consequences thereof, including long covid, hospitalisations, staff safety, and educational disruption. In England there is no requirement for masks, bubbles, physical distancing, or contact tracing within schools.

Despite MHRA approval, the UK Joint Committee on Vaccination and Immunisation (JCVI) has not yet recommended vaccination of all 12-15 year olds, and their recommendation to vaccinate 16-17 year olds has come too late to complete vaccination of adolescents before they return to schools, despite clear evidence that benefits far outweigh risk at current levels of infection. Meanwhile, over 12 million under 18s have been vaccinated across the world.

England’s policies mean that we will soon have a large susceptible population with a high prevalence of infection mixing in crowded environments with hardly any mitigations.

The government has a duty to protect children, our wider communities, and the NHS and healthcare workers from the impact of a fourth wave following schools re-opening. We suggest a nine point plan to achieve this:

  1. Offer vaccines to all 12-15 year olds, with roll-out in schools to maximise access and uptake.
  2. Immediately reinstate face coverings for secondary school students and staff in classrooms and communal areas as long as community transmission remains high, with provision by your department of high grade masks to schools.
  3. Urgently invest in both building ventilation and supplemental ventilation in schools by provision of air filtration devices as needed, with CO2 monitoring of indoor spaces to ensure that targets are met.
  4. Reinstate bubbles, this time with appropriate maximum sizes to minimise educational disruption, while properly containing transmission.
  5. Reinstate contact tracing by schools with a strict policy on mandatory isolation and PCR testing of all contacts of cases (in bubbles or households) to prevent onward spread.
  6. Improve financial and practical support for self-isolation as this will improve uptake of rapid tests in schools.
  7. Provide remote learning options and support, including wifi, tablets, and/or laptops for clinically vulnerable children, children living in households with clinically vulnerable members, and those required to self-isolate.
  8. Remove mandatory attendance policies and prosecutions and fines for parents, so that a parent can make a choice of learning modality that is in the best interests of their child.
  9. Provide mental health support in schools for students and staff.

The above measures should be implemented alongside multi-layered public health measures to reduce community transmission, which will also reduce the potential for outbreaks in educational settings, allowing children to remain in schools safely.

Deepti Gurdasani, Queen Mary University of London, UK
Yaneer Bar-Yam, New England Complex Systems Institute, USA, Founder World Health Network
Spiros Denaxas, University College London, UK
Trisha Greenhalgh, University of Oxford, UK
Stephen Griffin, University of Leeds, UK
Zubaida Haque, Independent SAGE, UK
Zoë Hyde, University of Western Australia, Australia
Aris Katzourakis, University of Oxford, UK
Martin McKee, London School of Hygiene & Tropical Medicine, UK
Susan Michie, University College London, UK
Christina Pagel, University College London, UK
Stephen Reicher, University of St. Andrews, UK
Alice Roberts, University of Birmingham, UK
Christopher Tomlinson, University College London, UK
Kit Yates, University of Bath, UK
Hisham Ziauddeen, University of Cambridge, UK

Competing interests: Zubaida Haque, Martin McKee, Susan Michie, Christina Pagel, Stephen Reicher, and Kit Yates are members of Independent SAGE. Nothing further declared.

On behalf of the full list of co-signatories listed below.

Scientists and healthcare professionals:

Dr. Deepti Gurdasani, Queen Mary University of London, UK
Dr. Hisham Ziauddeen, University of Cambridge, UK
Prof. Susan Michie, University College London, UK
Prof. Christina Pagel, University College London, UK
Dr. Zubaida Haque, Independent SAGE, UK
Prof. Trisha Greenhalgh, University of Oxford, UK
Dr. Stephen Griffin, University of Leeds, UK
Prof. Martin McKee, London School of Hygiene & Tropical Medicine, UK
Dr Eric Feigl-Ding, Federation of American Scientists, US
Dr. Zoë Hyde, University of Western Australia, Australia
Prof. Aris Katzourakis, University of Oxford, UK
Dr Kit Yates, University of Bath, UK
Prof. Stephen Reicher, University of St. Andrews, UK
Dr Joe Pajak, FRSC, CSci, NHS Foundation Trust Governor, UK
Prof. Yaneer Bar-Yam, New England Complex Systems Institute, USA, Founder World Health Network.
Dr. Christopher Tomlinson, University College London, UK
Prof. Alice Roberts, University of Birmingham, UK
Dr Eilir Hughes GP, Fresh Air Wales
Dr. Alison George, GP, UK
Prof. KK Cheng, University of Birmingham, UK
Prof. Carlos Gershenson, Universidad Nacional Autónoma de México
Greta Fox, FNP-BC, COVID Action Group, World Health Network
Prof. Spiros Denaxas, University College London, UK
Prof. Matthias F Schneider, Technical University of Dortmund, Germany
Dr S A Aftab, Chair BMA Yorkshire Consultant Committee, NHS Foundation Trust Governor, UK
Prof. Sunil Raina, Head, Community Medicine, Dr. RP Govt. Medical College, India, World Health Network
Cécile Philippe, economist, Institut économique Molinari, World Health Network, France
Dr. Gunhild Alvik Nyborg, researcher, Covid Action Group, Norway
Joshua P Cohen, health economist, independent healthcare analyst, Boston, Massachusetts
Margo Watroba, strategist, Business Economist, New England Complex Systems Institute, World Health Network, USA
Elisa Zeno, research engineer, France
Dr. Michaël Rochoy, University of Lille, France
Prof Andrew Ewing, University of Gothenburg, Sweden
Dr. Asit Kumar Mishra, NUI Galway, Ireland
Dr. Jonathan Howard, associate professor of neurology and psychiatry at NYU and chief of Neurology service at Bellevue hospital

Organisations

One Voice Support Group for CV & CEV Families UK
Parents United UK
Contamination Concerns During Covid-19 UK
SafeEdForAll
Shields CIC
Hazards Campaign
World Health Network
Covid Action Group
Ecole et Familles Oubliées, France

Parents/Carers/Educational staff

Bernice Figa, Founder of One Voice Group UK
Stacey McCann, Co-Founder of One Voice Group UK
Tony Dadd, Founder of Parents United UK
Gemma Sewell, Co-Founder of Parents United UK
David Lawrence, Founder of Contamination Concerns UK
Sarah LH Saul, parent and a founder of SafeEdForAll
Lisa Diaz, Parent & co founder of SafeEdForAll
Leah Brady, Parent, SafeEdForAll
Claire Cozler, Parent, SafeEdForAll
Caroline Lea, Parent, SafeEdForAll
Lili Stevens, Parent, SafeEdForAll
Dr PIetra Palazzolo, Parent, SafeEdForAll
Dr Marc Redmile-Gordon, Parent, SafeEdForAll
Dr Nicola Spiller, Parent, SafeEdForAll
Sarah Beauchamp, Parent, SafeEdforAll
Daniella Modos-Cutter, Parent, SafeEdForAll
Laura Scampioni, Parent, SafeEdForAll
April Booth, Parent, SafeEdForAll
Michelle Tierney, Parent, SafeEdForAll
James Lck, Parent, SafeEdForAll
Sughra Nazir, Parent, SafeEdForAll
Jasmin Amor, Parent, SafeEdForAll
Paul Hobden, Parent, SafeEdForAll
Martin Corless, Parent, SafeEdForAll
Nicky Hutchinson, Parent, Hive, SafeEdForAll
Nina May Peters, Director Founder, ShieldUs CIC
Emmy Jane Kelly Campaigns Manager, Northern Ireland Manager, ShieldUs CIC
Janty Marsden, ShieldUs CIC
Sally Marsden, ShieldUs CIC
Gemma Tilbury, ShieldUs CIC
Caroline Reid, ShieldUs CIC
Angela Davidson, ShieldUs CIC
Ethan Redmond, Mental Health Ambassador, ShieldUs CIC
Ian Watkinson, NEU National Executive
Lisa Clark
Bex Hopkins
Amy Wolfs
Catherine Wilson
James Marrinan
Steve McCann
David Wolfs
Georgina Jobling
Chris Sewell
Adam Hamdy, Author
Sherrill Stroschein
James Neill
Susan Foster
Sue Wedlock
Ruth Poerscout-Edgerton
John Poerscout-Edgerton
Chris Fabby
Esther Hopkins
Kim Wareham
James Wareham
Ellie Burton
Tanya Berry
Damien Willey, Parent
Hilda Pamer, Parent, Grandparent, Greater Manchester Hazards Centre
Kirsty McNeil
Louise Richards.
Sam Groves
C Davey
Shelley Diment
Christina Janusz
Russell Flint
Emma Adams
Debra Kelly
Peter Kelly
KM Stubbs
Shelley Nicholson
Alida Hussey
Nichola Brown
Jeannette Griffiths
Mrs Daly
Christine Mattless
Emma Batista
Liesje Bargh
William Hutchinson
Chloe Leckie
Natalie Darby
T Tuttlebee
Janine Dye
Claire Hurley
Elaine Pembro
Bex Broadhurst
Jay Waller
Neil Waller
Sharon Case
Lian Kent
Leah Waller-Hill
Gemma Payne
Mrs R Gray
Elizabeth Hipkiss
Robert Fay
C Howard
Lisa Russ
Rebecca Mitchell
Toli Kram
Ms Alison Price
Rachel Chapman
L Tarrant
Caroline Hanson
Josephine Unwin
A Brayford
Susan Fairbrother
Dr Rebecca Bateman
Claire Murphy
Alan Dunn
Kate Gill
Eleanor Hipkiss
Chris Iremonger
Shelley Wilson
J Dyer
Rebecca McCarter
Paula Buckley
Kirstie Morton
Natalie Collings
Ian Blackmore
Michele Stansfield
Hazel Boaler
Kerry Knight
David Boaler
Leonie Graham
Victoria Stone
Pamela Palmer
S Graham
L Mason
C Symons
Rebecca Dennison
N Oliver
Amanda Whittaker
Ms A Aldridge
Karen Moody
Shaun Moody
Joanna Buckmaster
Rose Stevens
AM Boom
Fatima Ali
Jennifer Chileshe
Lisa Welsh
Katherine Cromwell
Daniela La Mancusa
D Harrison
C Cook
Tara T
Vera Silva
R A Cousins (Educator)
Chiara Fontana Turner
Louise Springfield Horsfall
Joanne Richardson
Liz Heads
Roberta Rivieccio
Stephanie Salgado
L Wilson
Adrian Taylor
Carmen Lau
Ms Karen Clark
Natalie Nelmes
Katherine Knights
Ms Harrison
Anna di Giacomo
Kate Dinmore
Neil Dinmore
Tamara Devereux
Abby Brigden
Amanda Jackson
J Hayter
T Calvert
David Holt
Lisa King
Mrs V Bailey
Natalie Darby
Tabbie Hunt
L Protheroe
Emma Kelly
Amy Blewitt
Miss Melanie doick
Dr. Sarah Peake
Steve Quinn
Amy Doig
Stephen C Quinn
Anna James
Karen Hayden
Simone Todd
Sarah Holland
Candice Glenday
Violet Smith
Laura Smowton
Soma Meran
Julie Skinner
Mrs Michelle Kenwright
Mr Mark Kenwright
Kerstin Ward
Mr & Mrs Bell
Mrs Natasha Court BA (Hons) QTS
Hazel Broadie
Mary Eley
Donna Malena
Ben Kilpatrick
Karen McCafferty
Olga Kilpatrick
John McCafferty
T Cumming
Rebbecca Rusling
Phil McGinity
L.Munns
J Claydon
D Claydon
M Pearson
R Pearson
Sarah Huntington
Samantha Towler
Joanne Richardson
Peter Richardson
Jessica Bedford
Drew Gervais
Carol Bray
Michelle John
Laura Huish
Michelle Ritter
Dr Samantha Coates
Dr Richard Coates
Miss D Cocksedge
Mrs B Cocksedge
Mrs Jane Rogers
Chris Storey, Parent, Winchester
Mrs A Podesta
Darcey Podesta
Jodie Power
Belinda Sullivan
Sonia Sandhu
Raaj Purohit
Suzanne Hall
Joanna Trigg
Shaun Young
Diana Ball
Sarah Gibson
Jonathan Gibson
L Barrett
Lorna Hunter
Natalie Knightley
Mrs Lisa Peace
Mr Simon Peace
Jacqui Barker
J Richardson
Pat Turnbull

.entry-content

.entry-footer

 Source: England’s schools must be made safe: An open letter to the education secretary – The BMJ

Les médecins enchaînent les coups de fils à leurs patients non vaccinés

Le téléphone pourrait sonner au retour des vacances. Au bout du fil, le médecin pour parler de la vaccination anti-covid. Depuis le 29 juillet, les médecins traitants peuvent demander la liste de leurs patients non-vaccinés. Près de 15 000 l’ont déjà fait. Cette mesure leur permet de contacter ces patients un par un afin de parler des vaccins.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a donné son feu vert à cette mesure, à condition que cette prise de contact “ait pour objet d’informer et de sensibiliser les personnes, et non d’essayer de les convaincre lorsqu’elles indiqueront ne pas souhaiter se faire vacciner“.

S’appuyer sur la relation de confiance

Pour de nombreux français, difficile de distinguer le vrai du faux sur les vaccins. Le but de cette campagne de sensibilisation est donc de s’appuyer sur la relation de confiance entre un patient et son médecin traitant pour faire le point. Les praticiens assurent avoir d’avantage affaire à des indécis qu’à des anti-vaccins convaincus. “Ca n’arrive pas si fréquemment que des patients nous opposent des fausses informations glanées sur les réseaux“, expliquait fin juillet à l’AFP Jacques Battistoni, président du syndicat de généralistes MG France.

En général, c’est même plutôt: “Est-ce qu’il faut vraiment le faire, docteur?“. “Oui, c’est bien pour vous“. “Bon, ben, d’accord“, raconte encore à l’AFP Michaël Rochoy, généraliste à Outreau (Pas-de-Calais), ajoutant que même s’il “caricature un peu, globalement ça va assez vite“.

Il est cependant difficile d’évaluer, pour l’heure, l’effet de la mesure sur la campagne de vaccination. Le gouvernement espère en tout cas motiver les 5 millions de Français à risque face au covid et non vaccinés. Ceux qui ne sont pas suivis par un médecin traitant, peuvent être contactés par l’Assurance maladie.

Les garanties demandées par la Cnil

La Commission nationale de l’informatique et des libertés s’est dit “en principe défavorable” à ce que les médecins traitants aient accès à la liste de leurs patients non-vaccinés mais considère “que la situation sanitaire exceptionnelle peut le justifier“. Elle a posé trois grandes garanties. Comme indiqué précédemment, la Cnil demande aux médecins de ne pas insister, elle souhaite aussi que les listes de patients soient supprimées par le médecin dès la fin de l’action de sensibilisation et que la transmission des listes ne soit pas automatique entre les praticiens et l’Assurance maladie.

Source: Les médecins enchaînent les coups de fils à leurs patients non vaccinés

Un couvre-feu à 23 h est-il vraiment utile pour lutter contre le Covid-19 ?

Ouest-France Publié le 09/06/2021 à 18h22Abonnez-vous

C’est l’une des mesures phares de cette troisième phase du déconfinement : le décalage de l’heure du couvre-feu à 23 h. Mais, ainsi modifiée, cette mesure de lutte contre le Covid-19 garde-t-elle une utilité ? On fait le point.

À défaut d’être acceptée avec joie, la logique à l’œuvre derrière la mise en place d’un couvre-feu à 18 h avait été plutôt bien comprise : il s’agissait d’éviter tout contact rapproché en dehors de la sphère professionnelle. Le but du couvre-feu à 21 h, en vigueur depuis le 19 mai, était également relativement clair : empêcher, tout en assouplissant quelques restrictions, la tenue de certaines soirées ou de certains repas à fort potentiel de contagiosité.

Suivez en direct l’actualité du mercredi 9 juin en lien avec la pandémie de coronavirus et le déconfinement

Mais quid d’un couvre-feu entrant en vigueur à 23 h, comme c’est le cas depuis ce mercredi 9 juin ? Quelle utilité peut encore avoir ce dispositif avec une heure de déclenchement aussi tardive ?

Un couvre-feu est toujours utile, mais…

Les scientifiques le rappellent : quelle que soit son heure de début, un couvre-feu garde une part d’utilité.

Matthieu Revest, infectiologue au service maladies infectieuses et réanimation médicale du CHU de Rennes, explique ainsi à Ouest-France que « chaque situation d’interaction sociale évitée est bonne pour contrôler l’épidémie ». Et cela vaut donc également pour celles qui auraient dû avoir lieu après 23 h : « Cela va continuer à diminuer le nombre d’interactions par rapport à la vie normale. »

Néanmoins, ces interactions évitées après 23 h sont moins nombreuses que celles évitées entre 21 h et 23 h. Et, parfois, le mal (la contamination) a déjà été fait auparavant, lors du début de soirée. « C’est vrai que cet horaire va limiter l’efficacité du couvre-feu », admet François Bricaire, infectiologue et membre de l’Académie de Médecine, interrogé par Ouest-France.

« Colmater une petite brèche »

Conserver un couvre-feu à 23 h, avec cette utilité connue mais réduite qu’on peut lui prêter, n’est-ce donc pas un coup d’épée dans l’eau ?

C’est ce que pense Michaël Rochoy, médecin généraliste à Outreau (Pas-de-Calais), interrogé par Le Figaro. Pour lui, le couvre-feu à 23 h, s’il limite « un peu les contaminations », « consiste à colmater une petite brèche (les contaminations pouvant avoir lieu après 23 h) alors qu’on ouvre un barrage », à savoir la possibilité d’aller dans les salles intérieures des bars et restaurants, que l’on sait propices aux contaminations.

Toujours dans Le Figaro, Mircea Sofonea, maître de conférences à l’Université de Montpellier, évoque même un potentiel effet pervers de cette mesure, qui pourrait selon lui amener des soirées à se terminer en intérieur, par peur du couvre-feu, plutôt qu’à l’extérieur, où le risque de contamination est moins grand.

De son côté, l’épidémiologiste Martin Blachier va plus loin et juge même que, au vu « du phénomène saisonnier », qui rend selon lui le virus bien plus inoffensif en été, « le couvre-feu à 23 h est sans doute superflu ».

Une manière de demander aux Français de rester vigilants

Toutefois, François Bricaire voit tout de même un intérêt dans le maintien d’un couvre-feu : celui de signifier que l’épidémie n’est pas tout à fait derrière nous. « Ce dont il faut se méfier, c’est un relâchement trop fort des gestes barrières », prévient-il.Déconfinement : autoriser l’ouverture des salles de bars, cafés, restaurants, est-ce une décision responsable ?Débattez !

Pour lui, le maintien d’un couvre-feu, qu’il juge surtout « d’ordre politique », est donc un moyen pour le gouvernement de dire : « Attention, ce n’est pas fini, maintenons les gestes barrières ». Un message qui, effectivement, se fait de plus en plus souvent entendre.

Source : https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/couvre-feu/un-couvre-feu-a-23-h-est-il-vraiment-utile-contre-le-covid-19-5ba8a396-c929-11eb-b44f-78ab7e85b98f

Déconfinement. Le couvre-feu à 23 heures est-il une mesure utile face à la pandémie ?


Déconfinement. Le couvre-feu à 23 heures est-il une mesure utile face à la pandémie ?

À partir du mercredi 9 juin 2021, la France entre dans la troisième phase du déconfinement. Dans les nouveaux assouplissements, le couvre-feu est décalé à 23 heures. Est-il encore utile face au Covid-19 ? On vous répond.

En Normanide, le couvre-feu reste est désormais à 23h

En Normanide, le couvre-feu reste est désormais à 23h – Photo Boris Maslard

Vous vous êtes sûrement déjà posé la question, un couvre-feu à 23 heures est-il bien utile ? Si le couvre-feu établi à 18 heures pour éviter tout contact et rassemblements en dehors de la sphère professionnelle semblait sinon logique, du moins acceptable lors de son instauration à l’automne dernier, les décalages à répétition avec l’arrivée des beaux jours et le déconfinement peuvent nous interroger sur sa pertinence aujourd’hui. Pourquoi s’obstiner à tenir un couvre-feu tardif ? On fait le point.

« Limiter les activités »

Pour Michaël Rochoy, médecin généraliste à Outreau (Pas-de-Calais), interviewé par Le Figaro, «
C’est un confinement du soir qui permet de limiter les activités
». Mais il considère que le couvre-feu de 23 heures « n’a pas d’intérêt
» : « Plus on retarde l’heure du couvre-feu, moins il empêche des rassemblements, moins il a d’efficacité », contrairement à celui de 21 heures qui limitait la contamination dans les restaurants. Pour l’épidémiologiste Martin Blachier juge même que, au vu « du phénomène saisonnier », qui rend selon lui le virus bien plus inoffensif en été, « le couvre-feu à 23 heures est sans doute superflu ». Une mesure de tolérance donc ? Pour Michaël Rochoy, le couvre-feu à 23 heures « consiste à colmater une petite brèche alors qu’on ouvre un barrage », en prenant en compte l’ouverture des salles de bars et restaurants.

Assouplir les règles

Il est encore difficile de connaître l’impact réel du couvre-feu sur la contamination. À Toulouse, une étude publiait dans Journal of Infection montrait que le couvre-feu de 21 heures a permis de diminuer le taux d’incidence, mais avec une plus grande contamination dans les foyers familiaux. Face aux événements festifs qui se préparent comme l’Euro ou encore la Fête de la musique, le couvre-feu à 23 heures semble aussi être la solution : « L’Euro est peut-être la meilleure justification pour un couvre-feu à 23 heures
», avance le docteur Rochoy dans Le Figaro. Et plus l’heure est tardive, « moins ce sont les personnes fragiles – âgées ou avec des pathologies graves – qui sont susceptibles d’être dehors », ajoute-t-il. Même si les jeunes sont aussi touchés par des formes graves du Covid-19.

Une mesure symbolique ?

À l’heure du syndrome des vaccinés et donc du relâchement dans les gestes barrières, cette mesure serait aussi un rappel pour maintenir les mesures barrières. Un moyen de ne pas oublier que le Covid-19 est toujours présent et qu’il faut rester prudent. « Ce dont il faut se méfier, c’est un relâchement trop fort des gestes barrières
», déclare François Bicaire, infectiologue et membre de l’Académie de Médecine, à Ouest-France. Au Figaro, le docteur Rochoy ajoute : « en levant le couvre-feu, l’exécutif aurait avoué qu’il ne servait à rien, à part accabler l’économie
».

Source: Déconfinement. Le couvre-feu à 23 heures est-il une mesure utile face à la pandémie ?

Le port d’un masque à l’extérieur est-il «plus politique que sanitaire»? – EBENE MAGAZINE

Le gouvernement maintient l’obligation de porter le masque à l’extérieur, une mesure soutenue par 67% des Français. Cependant, plusieurs médecins spécialistes, dont certains de l’OMS, sont plus enclins à une approche diversifiée de son application voire de son élimination.

Si plusieurs départements français ont annulé le port des masques à l’extérieur, les avis sur l’utilité de cette mesure de santé diffèrent selon les spécialistes.

« Je recommande de retirer le masque, c’est désormais une décision politique car il existe un consensus scientifique sur le fait qu’il peut être complètement supprimé », a estimé le 31 mai. L’épidémiologiste Martin Blachier sur CNews. .

Soulignant un manque de soutien pour soulever le port du masque, comme indiqué dans de récents sondages, le spécialiste a déclaré que les gens devraient être «prêts». Selon un baromètre BVA pour RTL et Orange publié le 21 mai, deux Français sur trois (67%) étaient favorables au port d’un masque à l’extérieur.

Portez-le «  dans des endroits denses  »

Interrogé par 20 minutes, un autre médecin partage le point de vue de son collègue. Selon Michaël Rochoy, spécialiste en épidémiologie, «c’est plus politique que sanitaire». Il a estimé que son sens de l’hygiène n’était réel que dans les grandes villes comme Paris, Lille ou Rennes.

Le port d’un masque peut être efficace «dans des endroits fermés» ou statique «là où les gens se trouvent», comme les terrasses.

Un avis qui va dans le sens d’une recommandation correspondante de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui recommande de porter le masque sur son site « dans les situations où vous n’avez pas la possibilité de garder une distance physique des autres ». L’OMS cite à titre d’exemple les marchés, les rues animées ou les arrêts de bus.

D’un autre côté, « mettre le masque sur la plage n’a pas de sens, si vous êtes dans des rues piétonnes avec seulement quelques personnes, cela ne sert à rien », a déclaré le Dr. Rochoy.

Défendez-vous contre d’autres maladies

Une approche au cas par cas a également été évoquée à La Dépêche du Midi par Stéphane Oustric, médecin à Toulouse et président de l’Ordre des médecins de Haute-Garonne:

«Il n’est pas risqué de ne pas porter de masque quand on est seul à l’extérieur, sur le vélo, surtout si on a été vacciné. Mais vous devez le supporter à tout prix lorsque vous êtes immobile, dans un espace clos ou en présence d’autres personnes. «

Le médecin a également suggéré de continuer à porter le masque pour se protéger contre certaines maladies:

«Cet hiver, nous avons eu peu de gastro, de grippe, de bronchiolite. Des vies ont été sauvées, pourquoi sans le réflexe masque que nous avons acquis pendant ces longs mois de pandémie? «

Enfin, à la mi-mai, plusieurs spécialistes de l’OMS ont recommandé de prendre en compte l’intensité de la transmission du virus dans la région et la couverture vaccinale. C’est notamment le cas du directeur de l’OMS chargé des urgences sanitaires, Michael Ryan, et du chef scientifique de l’organisation Soumya Swaminathan. Elle a rappelé que les vaccins « protégeaient contre l’infection dans un rapport de 70 à 80% ».

Prédictions des autorités

Emmanuel Macron a mis en garde le 20 mai sur les risques de contamination en cours. Il a appelé à la « prudence » en annonçant que le port du masque en France resterait en vigueur « jusqu’à fin juin ». Début mai, Olivier Véran a évoqué « cet été » dans l’espoir de lever cette mesure.

.Source: Le port d’un masque à l’extérieur est-il «plus politique que sanitaire»? – EBENE MAGAZINE

Vaccins contre le Covid-19 : les bons réflexes à adopter – ladepeche.fr

Alors que la campagne de vaccination s’accélère, de fait, de plus en plus de Français s’apprêtent à se faire vacciner, voici les bons réflexes à adopter avant et après la fameuse injection.

Les effets secondaires des vaccins contre la Covid-19 sont semblables à ceux d’autres vaccins classiques, c’est-à-dire assez anodins dans l’immense majorité des cas. Mais il existe quelques conseils pour s’y préparer au mieux.

Ne pas se faire vacciner si on est déjà malade

L’injection du vaccin va faire réagir le système immunitaire, or, si celui-ci est déjà affaibli, il n’est pas recommandé de lui ajouter du travail en se faisant vacciner.

Autrement, selon le Dr Michaël Rochoy, interrogé par Ouest France, “il n’y a pas de recette miracle pour anticiper les effets” du vaccin.

Le paracétamol, plutôt pour guérir que prévenir

Selon ce médecin, et un autre confrère interrogé par Ouest France, il est conseillé de prendre du paracétamol au moment où des symptômes apparaissent. “On n’est pas certain que la prise anticipée soit mieux que la prise au moment des symptômes”, indiquent-ils.

Les médecins précisent tout de même que les douleurs qui suivent l’injection sont “la simple illustration de la réponse immunitaire qui se met en place”.

Consulter si les effets secondaires persistent après 48h

Le Dr Rochoy indique que des effets secondaires comme la fière ou des courbatures peuvent apparaître après l’injection sans qu’il n’y ait matière à s’inquiéter. À moins que ceux-ci ne persistent au-delà des 48 heures après.

“Si vous avez la moindre inquiétude, vous pouvez tout de même appeler votre médecin traitant et voir avec lui”, précise-t-il.

Reposez-vous et évitez l’alcool

Enfin, le meilleur moyen pour permettre à la réponse immunitaire de se faire sans trop d’effets secondaires est de se reposer. Par ailleurs, comme après la prise d’autres médicaments, l’alcool est déconseillé pendant les jours qui suivent l’injection.

Source: Vaccins contre le Covid-19 : les bons réflexes à adopter – ladepeche.fr

Quelle place pour l’imagerie thoracique après un Covid-19 ? | Le Quotidien du médecin

Dans le cadre du suivi des patients ayant été infectés par le SARS-CoV-2 se pose parfois la question de réaliser une imagerie. Quelles en sont ses modalités et ses indications ? Quelle est la stratégie diagnostique ? Les médecins et chercheurs du collectif « Du côté de la science » font le point sur le sujet.

Du côté de la science

Toute demande d’imagerie thoracique résulte de la nécessité d’obtenir un diagnostic face à des symptômes respiratoires dont la prise en charge (notamment thérapeutique) est guidée par les résultats obtenus. Le Covid-19 ne doit pas échapper à cette règle.

Tout d’abord, soyons direct : il n’y a aucune place pour la radiographie thoracique. Si une imagerie est indiquée, il faut réaliser un scanner (tomodensitométrie, TDM).

Sans preuve de contamination par PCR, le scanner offre actuellement de bonnes performances diagnostiques (Se = 90%, Sp = 91%) ce qui permet de rattraper d’éventuels faux négatifs de la PCR et de poser des diagnostics différentiels.

Concernant la place du scanner, les Société Française de Radiologie (SFR), d’imagerie thoracique (SIT) et de pneumologie de langue française (SPLF) et la Haute Autorité de Santé (HAS) ont publié des recommandations.

Ce qui n’est pas indiqué :
1.    La radiographie de thorax
2.    Faire un scanner uniquement car la PCR ou la sérologie SARS-CoV-2 est positive
3.    Injecter systématiquement le scanner thoracique, en phase initiale. L’injection n’est à effectuer qu’en cas d’élévation importante des D-dimères (ou en cas de discordance entre l’étendue lésionnelle et le retentissement clinique). Rappelons que les D-Dimères sont à interpréter en fonction de l’âge et du contexte.
4.    Multiplier les scanners dans les 15 premiers jours chez des patients cliniquement stables

Ce qui est indiqué :
1.    Réaliser un scanner thoracique en cas de mauvaise tolérance respiratoire (dyspnée, désaturation ou hypoxémie). Le scanner permet alors de grader la sévérité de l’atteinte pulmonaire ce qui fournit une information pronostique. Il peut aussi aider à l’orientation des patients (hospitalisation vs prise en charge ambulatoire) même si la décision repose avant tout sur la clinique
2.    Réaliser un scanner thoracique avec injection en cas d’aggravation respiratoire secondaire, afin de ne pas méconnaître une embolie pulmonaire
3.    Réaliser un suivi scanner de réévaluation sans injection à 3-4 semaines en cas d’atteinte parenchymateuse initialement sévère (oxygénothérapie prolongée, étendue des lésions > 25 % du volume pulmonaire) ; et à 3-6 mois pour évaluer les éventuelles lésions résiduelles fibrosantes ou si des symptômes respiratoires persistent.

Que recherche-t-on au scanner ?

En phase initiale, des opacités en verre dépoli non systématisées, multifocales, pseudo nodulaires bilatérales, et asymétriques, prédominant en région sous pleurale à basale et postérieure ; des micronodules bronchiolaires. L’évolution des images en verre dépoli vers un « crazy paving » est péjorative (c’est à dire l’apparition de réticulations septales au sein du verre dépoli).

Une éventuelle embolie pulmonaire sera visible après injection au niveau vasculaire, et sans injection sous la forme de condensations pulmonaires de densité mixte sous-pleurales bilatérales, à bords nets et rectilignes, de forme triangulaire à base pleurale et centre nécrotique.

À distance, le scanner peut objectiver la régression des anomalies (qui se fait en un mois environ), ou d’éventuelles séquelles visibles sous la forme de possibles lésions fibreuses tardives (qui ne peuvent être affirmées que plus de 4 semaines après le diagnostic). En effet selon les études les plus récentes, 25 à 60 % des patients ayant fait une forme grave nécessitant une hospitalisation, présentent des modifications TDM plus de 100 jours après l’infection (en majorité des opacités en verre dépoli, et des réticulations). Néanmoins ces images sont susceptibles de s’améliorer et n’évoluent pas nécessairement vers la fibrose.

Par comparaison, les épidémies de SARS-CoV-1 et de MERS-CoV ont laissé des séquelles fibrosantes chez 30 à 36 % des survivants.

Messages à retenir :
La radiographie standard n’a pas de place dans la stratégie
Le scanner est utile au diagnostic précoce, et au suivi, dans un cadre précis
L’injection de produit de contraste ne doit pas être systématique
À plus de 3 mois, moins de deux tiers des patients ayant nécessité une hospitalisation présentent des images persistantes au scanner

Références HAS :
Réponses rapides dans le cadre de la COVID-19 – Place du scanner thoracique

Société Française de Radiologie :
Actualisation des recommandations d’imagerie thoracique dans la pneumonie COVID-19

Dr Franck Clarot
Radiologue, Rouen – vice-président de la Fédération Nationale des Médecins Radiologues

Dre Corinne Depagne
Pneumologue, Lyon

Cette contribution extérieure à la rédaction du « Quotidien » a été rédigée par des membres du collectif « Du Côté de la science », composé de médecins et de scientifiques.

Dr Michaël Rochoy
Médecin généraliste, Outreau

23 médecins et chercheurs appellent à un déconfinement fondé sur des critères sanitaires

23 médecins et chercheurs appellent à un déconfinement fondé sur des critères sanitaires


ABONNÉS

TRIBUNE – Mahmoud Zureik, professeur d’épidémiologie et de santé publique, et 22 médecins et chercheurs demandent “la mise en place d’un nouveau protocole national, qui fixe des seuils précis, déclenchant des mesures automatiques, décidées et débattues à l’avance”.

Un centre de vaccination près de Nantes.
Un centre de vaccination près de Nantes.
(Reuters)

La tribune : “Avec 26.000 nouveaux cas par jour en moyenne et près de 6.000 patients hospitalisés en soins critiques, le troisième déconfinement annoncé par le président de la République semble davantage guidé par des desseins politiques que par un objectif sanitaire. La ligne de l’exécutif, ‘assumée’ par Emmanuel Macron, est de ‘vivre avec’ le Covid-19, tout en reconnaissant qu’il est ‘impossible’ d’affirmer ‘qu’on ne sera plus jamais débordé par ce virus’.

Cette annonce survient au lendemain de la publication du modèle de l’Institut Pasteur concluant qu’une ‘remontée importante des hospitalisations pourrait être observée en cas de levée trop rapide des mesures de freinage […] même sous des hypothèses optimistes concernant le rythme de vaccination’.

D’après l’Institut Pasteur, seul un scénario optimiste permettrait d’éviter un rebond épidémique durant l’été

D’après l’Institut Pasteur, seul un scénario optimiste permettrait d’éviter un rebond épidémique durant l’été. Ce scénario allie un rythme de vaccination de 350.000 à 500.000 injections par jour, une surcontagiosité du variant anglais limitée, de l’ordre de 40%, et un taux de reproduction (R) maximal de 1,3. Il est optimiste dans la mesure où les études internationales évaluent habituellement la surcontagiosité du variant britannique entre 50 et 70%, avec un taux de reproduction de 1,4 à 1,7. Par ailleurs, il ne prend en compte ni la réouverture des écoles, ni la disparition de la limite des 10 kilomètres, ni l’émergence des variants sud-africain, brésilien ou indien.

Le conseil scientifique, de son côté, affirmait le 21 avril que ‘la situation sanitaire reste malheureusement préoccupante, notamment en raison de l’apparition de variants’ et que ‘la troisième vague de l’épidémie se situe depuis plusieurs mois à un niveau élevé’. On ne peut que s’interroger sur son absence lors de l’annonce présidentielle et sur la liberté dont dispose ce conseil dans l’exercice de sa mission.

Nous assistons à l’officialisation du passage d’une gestion active à une gestion passive de l’épidémie

Plutôt que de formuler un objectif à atteindre, comme le seuil des 5.000 nouveaux cas par jour – seuil en deçà duquel il est jugé possible de contrôler l’épidémie grâce au triptyque tester-tracer-isoler -, les annonces présidentielles officialisent un ‘frein d’urgence’ ou ‘de reconfinement’ fixé à 400 nouveaux cas pour 100.000 habitants, contre 250 auparavant, et associé à des critères aussi flous que l”augmentation brutale du taux d’incidence’ ou la ‘menace de saturation des services’. Nous assistons à l’officialisation du passage d’une gestion active à une gestion passive de l’épidémie. Il s’agit là d’un pari audacieux, avec un seuil particulièrement élevé et ne répondant pas à des objectifs de contrôle. On rappelle que l’Allemagne place la barre du déconfinement à 100 cas, le Portugal à 120.

Par ce choix, notre pays reste sourd à l’alerte donnée par l’OMS, qui vient de mettre en garde l’Europe contre un assouplissement des restrictions, précisant que ‘la situation en Inde peut se produire n’importe où’.

Ce choix nous isole sur la scène internationale. Certains de nos partenaires refusent désormais d’admettre nos ressortissants sur leur territoire. D’autres n’hésitent pas à supprimer leurs liaisons aériennes avec Paris.

Les mesures annoncées par le chef de l’Etat éloignent encore un peu plus la France de la stratégie de suppression du virus adoptée avec succès par un nombre croissant d’Etats dans le monde. Comme l’a rappelé récemment The Lancet, ces Etats sont ceux qui s’en sortent le mieux, à la fois sur le plan sanitaire et sur le plan économique.

La France expose son système de santé à une situation durablement tendue, au prix de nombreux décès directs et indirects

Les exemples du Royaume-Uni, du Portugal et d’Israël démontrent pourtant que la lutte contre le Covid-19 passe par une méthode ‘hybride’, qui allie la vaccination comme moyen de prévention à l’emploi de dispositifs de protection et de contrôle tels que l’aération, les purificateurs d’air, les détecteurs de CO2, les autotests et les tests itératifs.

Faute de l’avoir compris, la France expose son système de santé à une situation durablement tendue, au prix de nombreux décès directs et indirects, sans compter les personnes souffrant de ‘Covid long’, dont la prise en charge pourrait représenter un défi majeur de santé publique au cours des années à venir.

Comment allier impératifs sanitaires, économiques et scientifiques? Après un an de privations, la France aspire à reprendre une vie satisfaisante. Mais cela ne peut se faire que sur des bases scientifiques. Nous appelons donc à la mise en place d’un nouveau protocole national, qui fixe des seuils précis, déclenchant des mesures automatiques, décidées et débattues à l’avance, afin de pouvoir garantir le tester-tracer-isoler et un fonctionnement efficace du système de soins. Un isolement effectif des malades fait partie de cette stratégie, tout comme la quarantaine imposée aux frontières.

Pour lutter efficacement contre le virus, il ne faut plus être dans le déni ni dans la pensée magique, ni invisibiliser la maladie et ses conséquences

Ce nouveau protocole doit s’accompagner d’une communication ambitieuse, qui informe en profondeur la population sur le fait que les contaminations se produisent, pour l’essentiel, dans l’air que nous respirons.

Les entreprises et les établissements recevant du public comme les écoles, les théâtres, les musées, les cinémas ou les restaurants dépendent pour rouvrir durablement de cette ‘approche globale’ de la lutte contre le Covid-19.

Comme le recommande désormais le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), en particulier au sujet des écoles, ‘les fenêtres doivent rester ouvertes pendant les cours ou enseignements’ et ‘l’idéal est d’ouvrir deux fenêtres, si possible, pour favoriser la circulation de l’air’. Le HCSP préconise, ensuite, une ‘mesure de la concentration en dioxyde de carbone dans l’air’. Il fixe un seuil de sécurité : ‘une concentration en CO2 supérieure à un seuil de 800 ppm doit conduire […] à ne pas occuper la salle et à agir’. L’identification des ‘zones à risque’ est une priorité. Des filtres Hepa [haute efficacité pour les particules aériennes] et des autotests systématiques complètent ce dispositif, qui permet un bon contrôle du risque de contamination aérienne.

Pour lutter efficacement contre le virus, il ne faut plus être dans le déni ni dans la pensée magique, ni invisibiliser la maladie et ses conséquences. Seule une attitude proactive alliant vaccination et protocole gradué permettra de vaincre le Covid-19. C’est le défi de notre temps. Relevons-le, ensemble.”

Les signataires : 

Du Côté de la Science

Ecoles et Familles Oubliées

Association Après J20

Isabelle Boulanger, Professeur de français (Ecole et Familles Oubliées)

Pr Thierry Baubet – psychiatre – chef de service psychiatrie addictologie – Hôpital Avicenne – Bobigny (Du Côté de la Science)

Eric Billy – chercheur en immuno-oncologie – Strasbourg (Du Côté de la Science)

Dr Matthieu Calafiore – médecin généraliste – maître de conférence des universités – directeur du département de médecine générale de la faculté de Lille (Du Côté de la Science)

Emeline Chavernac (Association Apresj20)

Dr Franck Clarot, Radiologue, Médecin légiste, Vice-Président de la FNMR (Du Côté de la Science)

Marion Damuni, Chargée de gestion (Ecole et Familles Oubliées)

Gisèle Daste, Pédagogue (Ecole et Familles Oubliées)

Dr Corinne Depagne – pneumologue – Lyon (Du Côté de la Science)

Dr Jonathan Favre – ancien chef de clinique de médecine générale à Lille (Stop-Postillons, Du Côté de la Science)

Pr Guillaume Gorincour – radiologue – vice-président du Conseil départemental de l’Ordre national des médecins (Du Côté de la Science)

Stéphane Korsia-Meffre – vétérinaire & rédacteur médical – Auxerre (Du Côté de la Science)

Dr Christian Lehmann – médecin généraliste – écrivain (Du Côté de la Science)

Dr Jérôme Marty – médecin généraliste – Président de l’UFML (Du Côté de la Science)

Philippe Moreau Chevrolet (Sciences Po Paris)

Dr François-Xavier Moronval – médecin urgentiste (Du Côté de la Science)

Dr Bruno Rocher – psychiatre addictologue – médecin responsable de l’espace Barbara – CHU Nantes (Du Côté de la Science)

Dr Michaël Rochoy – ancien chef de clinique de médecine générale à Lille (Stop-Postillons, Du Côté de la Science)

Dr Hélène Rossinot – médecin spécialiste de santé publique – écrivain – Nancy (Du Côté de la Science)

Barbara Serrano – consultante indépendante et Maîtresse de conférences associée à l’Université de Versailles Saint-Quentin (Du Côté de la Science)

Elisa Zeno, Ingenieur de Recherche (Ecole et Familles Oubliées)

Dr Florian Zores – Cardiologue – Strasbourg (Du Côté de la Science)

Pr Mahmoud Zureik – professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’Université de Versailles Saint-Quentin (Du Côté de la Science)

 Source: 23 médecins et chercheurs appellent à un déconfinement fondé sur des critères sanitaires

Vaccinodromes : Le vaccin Moderna inspirerait moins confiance alors qu’il est très efficace et ne présente aucun effets secondaires

Tout comme AstraZeneca (en tête des vaccins les plus évités), le vaccin Moderna semble être un peu délaissé par les Français. Début d’explication.

Alors que les vaccinodromes ouvrent leurs portes, les créneaux pour recevoir des injections Moderna n’ont pas été pris d’assaut. Pourtant les derniers chiffres (site Business Insider) donnent -selon des estimations américaines- une efficacité de… 99,9999 % pour le vaccin Moderna (et Pfizer/BioNTech). Mieux, Moderna est exempt d’effets secondaires.

Moderna : Plusieurs centaines de rendez-vous restaient disponibles sur Doctolib

Si AstraZeneca est réellement écarté par beaucoup de Français, Moderna manque lui de ‘notoriété’. Dans le Parisien, la première adjointe au maire de Saint-Denis chargée de la Santé, Katy Bontinck, explique : “Au vaccinodrome du Stade de France à Saint-Denis, des places sur Doctolib.fr restent disponibles pour le vaccin Moderna sans qu’on ne puisse l’expliquer“, analyse-t-elle. Pourtant, tout comme Pfizer, Moderna utilise utilisent la même technologie de l’ARN messager et affichent des taux d’efficacité contre le Covid-19 proches. Pour Michaël Rochoy, médecin généraliste et chercheur en épidémiologie, Moderna a manqué de médiatisation : “Celui de Pfizer a été le premier à être approuvé, le premier à être livré, il a été très médiatisé, les gens ont eu énormément d’informations dessus. Moderna, lui, est un peu passé à travers les mailles du filet“, pense le médecin qui ajoute : “La majorité des patients qui se sont fait vacciner ont reçu du Pfizer, donc mécaniquement, il y a plus de gens qui le recommandent“. A ce jour, le vaccin Moderna est moins disponible en France comparé à celui de Pfizer, le laboratoire américain ayant rencontré des difficultés pour livrer l’Europe lors de ce premier trimestre 2021.

Source: Vaccinodromes : Le vaccin Moderna inspirerait moins confiance alors qu’il est très efficace et ne présente aucun effets secondaires

Covid-19 : le vaccin Moderna est-il également boudé en France ? – L’Express

Alors que le vaccin d’AstraZeneca suscite de plus en plus de méfiance, les deux autres sérums anti-Covid actuellement disponibles en France, ceux de Pfizer et de Moderna, continuent d’être injectés tous les jours. Mais ce dernier est semble-t-il moins populaire dans l’hexagone que son concurrent germano-américain.

En témoigne le cas du vaccinodrome du Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), en banlieue de Paris, qui a ouvert le 6 avril. Les créneaux de vaccination sur Doctolib ont été vite remplis, très en avance… Quand il s’agissait d’une injection du vaccin de l’alliance Pfizer/BioNTech. Mais pour les créneaux avec Moderna, plusieurs centaines de rendez-vous restaient disponibles lundi, à la veille de l’ouverture, rapporte Le Parisien. “Sans qu’on ne puisse l’expliquer, Moderna a clairement un déficit de popularité”, constate auprès du quotidien Katy Bontinck, première adjointe (Génération. s) au maire de Saint-Denis, chargée de la santé. Ce samedi, plus aucun créneau, pour Pfizer ou Moderna, n’était toutefois disponible.

La différence a également été constatée ailleurs : “Dans notre centre de vaccination à l’hôpital Avicenne on constate aussi une réticence pour le vaccin Moderna”, déclarait lundi soir sur BFM TV Frédéric Adnet, chef de service d’urgences SAMU-SMUR de l’hôpital Avicenne de Bobigny.

 

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

 

Dans l’ombre de Pfizer

Les deux vaccins ont pourtant peu de différence visible pour le grand public. Pfizer/BioNTech et Moderna ont toutes deux utilisé la technologie de l’ARN messager, les deux sérums protègent contre les variants, et les taux d’efficacité sont similaires : 95% pour le premier, 94% pour le second. Comment expliquer alors que les patients fassent une différence entre les deux vaccins ?

Dans Le Parisien, l’élue Katy Bontick émet une première hypothèse “Peut-être parce qu’il a été moins utilisé en France jusqu’ici et donc, qu’il est moins connu”. Pour le médecin généraliste et chercheur en épidémiologie Michaël Rochoy, interrogé par 20 Minutes, “[le vaccin] de Pfizer a été le premier à être approuvé, le premier à être livré, il a été très médiatisé, les gens ont eu énormément d’informations dessus. Moderna, lui, est un peu passé à travers les mailles du filet”. Et Pfizer ayant été le plus distribué jusque-là – 9,9 millions de doses au 8 avril, selon le site VaccinTracker – il a davantage bénéficié du bouche-à-oreille.

C’est également l’explication que propose l”Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France à Marianne : “C’est l’excellente réputation du Pfizer qui fait de l’ombre au Moderna. Depuis le début de la campagne de vaccination, Pfizer est identifié collectivement comme le meilleur vaccin pour les personnes fragiles, cela explique probablement que les patients ont tendance à le privilégier.”

Production et diffusion limitée

D’autant que la diffusion de Moderna est encore limitée. C’est le vaccin le moins utilisé en France pour l’instant, avec 996 399 doses au 8 avril selon VaccinTracker. AstraZeneca en est lui à 2,7 millions de doses malgré les polémiques liées à l’apparition – rarissime – de caillots sanguins. Il est également moins commandé que ses concurrents. Dans Marianne, Alain Fischer, président du Comité d’orientation sur la stratégie vaccinale, estime que la moindre diffusion de Moderna est aussi liée à une question de production. “Pfizer produit en bien plus grande quantité : Moderna est une petite entreprise alors que Pfizer est un grand de l’industrie pharmaceutique. Au niveau européen, on a négocié plus de doses Pfizer que de Moderna, qui est bien plus diffusé aux États-Unis.”

Par ailleurs, Moderna pâtit peut-être aussi de la mauvaise presse faite à AstraZeneca. “Il est beaucoup moins connu et en plus AstraZeneca et Moderna ça rime, donc les gens confondent”, estimait lundi soir l’urgentiste Frédéric Adnet sur BFMTV. C’était aussi la théorie de l’ARS, selon l’élue Katy Bontinck dans Le Parisien lundi. “L’ARS nous dit que Moderna termine aussi en A. Ça peut se jouer à peu de choses mais ce qui est sûr, c’est que le choix du vaccin semble très important aux yeux du public.” Auprès de 20 Minutes, le docteur Jacques Battistoni, président du syndicat de médecins généralistes (MG France), affirme : “Ce sont très certainement les inquiétudes autour du vaccin AstraZeneca qui ont lancé cette défiance”, alors même que Moderna ne fait face à aucune inquiétude au sujet d’effets secondaires graves. Le généraliste Michaël Rochoy estime, lui, que, “plus que de la méfiance, c’est plutôt de l’ignorance”.

S’il faut une communication efficace pour pallier à cette ignorance, les questions de production et de distribution doivent évoluer prochainement. Alain Fischer explique à Marianne que le vaccin de Moderna a des avantages sur Pfizer : “Il se conserve plus longtemps à +4 degrés, 30 jours contre 5 jours pour le Pfizer”. En conséquence, le comité envisage “de faciliter l’administration du Moderna chez les médecins et les pharmaciens”. Par ailleurs, la production de vaccins contre le Covid-19 a commencé mercredi en France, avec un partenariat entre BioNTech et le laboratoire Delpharm, dans l’Eure-et-Loir. Et la société Recipharm doit prendre la suite “avant la fin du mois” selon le commissaire européen en charge des vaccins Thierry Breton dans avec la production de Moderna à Monts, en Indre-et-Loire.


Opinions

French Touch

"Je suis un peu étonné que chaque jour, l'application Tous Anti Covid me gratifie du message invariable mais peu crédible: "pas de contact à risque détecté"."Nicolas Bouzou

Chronique

Marion Van Renterghem, lauréate du prix Albert-Londres, auteure d'une biographie d'Angela Merkel et d'un essai autobiographique sur l'Europe intitulé "Mon Europe, je t'aime moi non plus" (Stock, 2019).Par Marion Van Renterghem

Ultimatum

CREDIT : LAURA ACQUAVIVAPar Christophe Donner

Chronique

France, Paris, 14 décembre 2019, portrait de François Bazin.François Bazin

 Source: Covid-19 : le vaccin Moderna est-il également boudé en France ? – L’Express