La chloroquine contre les accidents de trottinettes : un Outrelois fait le buzz pour éveiller les consciences


La chloroquine contre les accidents de trottinettes : un Outrelois fait le buzz pour éveiller les consciences

Une fausse étude publiée dans une revue médicale prétendait que l'hydroxychloroquine pouvait réduire les accidents de trottinettes électriques. Photo illustration PASCAL BONNIERE LA VOIX DU NORD

Une fausse étude publiée dans une revue médicale prétendait que l’hydroxychloroquine pouvait réduire les accidents de trottinettes électriques. Photo illustration PASCAL BONNIERE LA VOIX DU NORD – VDNPQR

L’hydroxychloroquine, un temps préconisée dans le traitement du coronavirus, peut-elle prévenir les accidents de trottinettes électriques ? Dit comme cela, tout le monde ne peut trouver l’idée qu’absurde. Pourtant, une fausse étude sur le sujet a bien été publiée, samedi dernier, dans la revue médicaleAsian Journal of Medecine and Health.

L’un des quatre co-auteurs de ce canular scientifique, Michaël Rochoy, est médecin généraliste à Outreau. « On voulait démontrer le manque de sérieux de certaines revues, qu’on appelle prédatrices, et surtout qu’une publication ne vaut pas preuve », indique-t-il.

Tester l’honnêteté de la revue

Car tout part d’une étude sur le bénéfice supposé de l’hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19, publiée dans la même revue en juillet et co-signée par Violaine Guérin, endocrinologue médiatisée, et Martine Wonner, députée (ex-LREM).

« Ce ne sont pas des anonymes, mais des personnes qui ont une certaine légitimité », explique, agacé, Michaël Rochoy. Avec trois acolytes farceurs, il décide donc de tester l’honnêteté de la revue.

« Picsou Magazine » et Jean-Claude Dusse

Et les énormités distillées dans l’article laissent peu de place aux doutes. À commencer par les noms invraisemblables de certains auteurs comme Didier Lembrouille ou Nemo Macron. Ces drôles de chercheurs se sont aussi scientifiquement appuyés sur « Picsou Magazine », Jean-Claude Dusse (personnage mythique du film Les Bronzés) et Youtube.

Pour la méthode, les participants à l’étude ont été invités à descendre le plus vite possible en trottinette une pente à 45° et de freiner au dernier moment avant de percuter un mur de briques.

Une étude pourtant relue

L’étude a également contre toute attente été relue par des pairs, comme il en est d’usage dans le monde scientifique. Les relecteurs en question, dont l’identité n’est pas vérifiable, ont d’ailleurs demandé des révisions mineures de l’article. « Ils nous ont indiqué que Wikipédia n’était pas une source validée, mais que Picsou Magazine, Youtube et Dropbox, c’était bon », pouffe le médecin généraliste.

Si l’article a finalement été retiré du site de la revue moins de 24 heures après sa publication, il a fait un buzz incroyable sur les réseaux sociaux ainsi que dans les médias comme Franceinfo ou Le Parisien. « On n’en attendait pas tant », souligne Michaël Rochoy. Et de nous promettre qu’il ne deviendra pas un ghostbuster des fausses revues scientifiques !

«Il est important de porter un masque au travail pour vivre des moments familiaux préservés»

Michaël Rochoy préconise le port du masque partout dans l’espace public.

Michaël Rochoy a créé en mars dernier le collectif « Stop postillons ». Avec trois confrères, il préconise le port du masque partout dans les espaces publics et notamment ceux qui sont clos. Interview.

– Pourquoi avoir créé « Stop postillons » ?

« Avec trois confrères originaires de la région, on a lancé « Stop postillons » le 22 mars. C’était un moment où le port du masque n’était pas recommandé, et même déconseillé ! L’idée était donc de promouvoir le port du masque généralisé dans l’espace public. Et plus globalement, dans un contexte de pénurie de masques normés, de porter un « écran anti-postillons », c’est-à-dire des masques fait maison, qui sont clairement mieux que rien pour se protéger et surtout protéger les autres. »

– Que pensez-vous de l’obligation au 1er septembre du port du masque en entreprise ?

« C’est une bonne chose car, aujourd’hui, les entreprises sont la première source de clusters en France. Il est donc important d’accepter de porter un masque au travail pour vivre des moments familiaux préservés. »

– Quid des écoles où le protocole sanitaire a été allégé ?

« Comme pour les entreprises, les écoles ne sont rien d’autres que des bureaux collectifs, regroupant facilement une trentaine de personnes dans des espaces très restreints. Même si on arrive à mettre en place une distanciation sociale, le port du masque paraît indispensable pour limiter le « risque aérosol », soit la projection de gouttelettes dans l’air. Bien sûr que les enfants sont contaminants, comme pour les gastros ou d’autres maladies… De toute façon, il n’y a pas une solution parfaite, tout est probabiliste. Mais il est peut-être temps, en complément d’une partie d’école en présentiel, de s’intéresser vraiment à l’enseignement numérique. »

 Source: La chloroquine contre les accidents de trottinettes : un Outrelois fait le buzz pour éveiller les consciences

Un médecin outrelois milite pour rendre le port du masque systématique

Un médecin outrelois milite pour rendre le port du masque systématique

Si vous ne possédez pas de masque, une écharpe ou encore un cache-col peuvent faire offrir d’écrans anti-postillons.

Si vous ne possédez pas de masque, une écharpe ou encore un cache-col peuvent faire offrir d’écrans anti-postillons.

Les faits

😷 17 mars Depuis le début du confinement, Michaël Rochoy, médecin généraliste à Outreau, partage sur les réseaux sociaux toutes les initiatives lancées pour confectionner ses propres masques, convaincu que leur port est essentiel pour endiguer la pandémie….

Article

Source: Un médecin outrelois milite pour rendre le port du masque systématique

«Stop postillons», le projet d’un médecin outrelois pour inciter au port du masque


«Stop postillons», le projet d’un médecin outrelois pour inciter au port du masque

«
Tout est mieux que rien
», souligne Michaël Rochoy, médecin à Outreau, qui milite pour le port de protection sur le visage. Photo Illustration C. LEFEBVRE

«
Tout est mieux que rien
», souligne Michaël Rochoy, médecin à Outreau, qui milite pour le port de protection sur le visage. Photo Illustration C. LEFEBVRE – VDN

C’est une question qui agite le pays depuis le début de l’épidémie de Covid-19 : le port du masque. Certains avis sont partagés. Michaël Rochoy, lui, en est persuadé : « Il faut en mettre. » Ce médecin généraliste de 33 ans, basé à Outreau, va plus loin. Avec trois professionnels de santé, il vient de créer un site web : Stop-postillons.fr.

L’idée est claire : inciter la population à porter un « écran anti-postillons », afin de « limiter les possibilités de contamination ». On parle là des masques classiques, type chirurgie, mais pas que : le site propose des tutos pour fabriquer son propre écran de protection. Cela va du masque en tissu, en papier, en plastique… « Même un essuie-tout fixé avec des élastiques, ou un t-shirt noué peuvent faire l’affaire. Tout est mieux que rien », insiste Michaël Rochoy.

Source: «Stop postillons», le projet d’un médecin outrelois pour inciter au port du masque