Outreau : les lauréats du budget participatif ont été récompensés


Outreau : les lauréats du budget participatif ont été récompensés

Ces citoyens outrelois ont proposé cinq projets qui ont été retenus par les habitants suite à un vote.

Ces citoyens outrelois ont proposé cinq projets qui ont été retenus par les habitants suite à un vote. – VDN

Pour la deuxième année consécutive, tous les habitants de la commune avaient été invités en avril 2020 à proposer un projet visant à améliorer la vie de la cité. Les services municipaux ont étudié 34 projets en fonction de leur coût, leur temps de réalisation, leur faisabilité. Les cinq projets retenus ont ensuite été soumis au vote des habitants sur le site web de la ville. « Les habitants sont acteurs de la vie citoyenne. Ce projet permet de comprendre leurs besoins et de toucher un public jeune », commente Sébastien Chochois, maire d’Outreau. Cinq projets très variés Les projets retenus abordent des thématiques citoyennes  : l’enfance, la sécurité, l’écologie et l’histoire. La commune a ainsi récompensé Thierry Podevin pour son projet d’installation de ruches, Michael Rochoy pour son projet de création d’un parcours historique, Charlotte Himbert pour son projet d’implantation d’une zone de jeux pour enfants, et Elie Coffin pour son projet de mise en place de figurines devants les passages pour piétons, afin de sécuriser la traversée des enfants. Ce citoyen a travaillé avec Natacha Henry sur ce projet. Celle-ci a également été récompensée pour son projet d’élaboration de jeux éducatifs sur les sols des écoles. Les lauréats ont reçu un trophée, réalisé par Hervé Maillet, ainsi qu’un panier garni rempli de spécialités de la région. Dans le respect des mesures sanitaires, les convives ont été invités à boire le verre de l’amitié

Source: Outreau : les lauréats du budget participatif ont été récompensés

Port du masque obligatoire dès 6 ans : une «bonne nouvelle» pas toujours facile à appliquer – Libération

«C’est une bonne nouvelle», se réjouit Michaël Rochoy, généraliste à Outreau (Pas-de-Calais) et cofondateur du collectif Stop postillons, après l’annonce du port du masque à l’école dès 6 ans, par le Premier ministre Jean Castex à partir de la rentrée de lundi 2 novembre. «Le gouvernement a préféré qu’on soit au pied du mur pour prendre cette décision alors que si ça avait été fait dès le mois de septembre, ça aurait permis d’aplatir la courbe de l’épidémie», regrette toutefois le médecin. Si les enfants de moins de 10 ans peuvent être contaminés par le Covid-19, ils sont majoritairement asymptomatiques et développent rarement des formes graves. Mais sont-ils contagieux ? «Les enfants de moins de 11 ans le sont tout autant que les adolescents ou les adultes», affirme Michaël Rochoy, s’appuyant notamment sur une grande étude de tracing menée en Inde et publiée dans la revue Science : elle conclut que les enfants pourraient bien être des acteurs clés dans la diffusion de la maladie. «Laisser les enfants sans masque en primaire, ça aurait été saboter le confinement puisqu’ils peuvent ramener le virus dans les foyers», ajoute Elisa Zeno, cofondatrice du collectif Ecoles et familles oubliées.

A lire aussiRentrée des classes : «On n’est pas prêts à affronter cette deuxième vague»

La question de leur contagiosité divise toujours beaucoup la communauté scientifique. Certains chercheurs affirment que les enfants transmettent beaucoup le virus, quand d’autres disent qu’ils sont au contraire très peu contaminants. «Les enfants sont peu porteurs, peu malades et peu contagieux entre eux et envers les adultes, insiste Fabienne Kochert, présidente de l’Association française de pédiatrie ambulatoire (Afpa). Moins contagieux ne veut pas dire pas contagieux du tout donc si le virus circule davantage sur tout le territoire, on peut avoir un petit plus de clusters dans les écoles», reconnaît la pédiatre. Rémi Salomon, chef du service pédiatrie Necker, est du même avis et ajoute : «Il faut prendre un maximum de précautions pour que les enfants ne transmettent pas le virus, ne le ramènent pas à la maison.»

Difficultés dans les apprentissages

Du côté des enseignants, le port du masque dès le primaire rassure, même si, dans les faits, ce ne sera pas toujours simple à appliquer. «A 6 ans, les enfants ont tendance à manipuler beaucoup de choses, observe Philippe Descottes, enseignant dans une école primaire à Rennes. Ceux qui le portent déjà volontairement à partir du CM1 le manipulent régulièrement. Donc pour les plus petits, ce sera loin d’être évident.» Autre difficulté soulevée, celle liée aux apprentissages. Les élèves ont déjà parfois du mal à entendre leurs professeurs masqués, un problème de compréhension qui ne s’arrangera pas quand tout le monde sera logé à la même enseigne. «Une énorme partie des apprentissages se fait dans le dialogue avec les autres élèves et les enseignants, donc là, les interactions vont être bridées, remarque Eva, pofesseure des écoles en zone REP à Paris. Ce sera aussi un obstacle quand ils devront lire à voix haute et ce sera globalement compliqué pour le langage oral.» Les enseignants s’interrogent également sur la fourniture de ces masques. Si le ministère de l’Education ne prévoit rien, les familles les plus modestes ne pourront pas équiper leurs enfants correctement. «Certains portent déjà le même masque plusieurs jours de suite», relève Eva.

A lire aussiConfinement : on rempart pour un tour

Dans son ensemble, le monde éducatif ne s’oppose pas au port du masque dès l’âge de 6 ans mais tout le monde s’accorde à dire que ça ne doit pas être la seule mesure, loin de là, pour renforcer le protocole sanitaire et assurer la sécurité des élèves, comme celle du personnel.

 


Cécile Bourgneuf

 

 

Source: Port du masque obligatoire dès 6 ans : une «bonne nouvelle» pas toujours facile à appliquer – Libération