Covid-19 : où et comment porter un masque FFP2 ?

Matthieu Brandely

·5 min de lecture
Le masque FFP2 est de plus en plus porté en population depuis plusieurs semaines.

Les masques FFP2, obligatoires dans certains lieux en Allemagne et en Autriche, se vendent de plus en plus en France depuis plusieurs jours.

Les masques FFP2, à bec de canard, deviennent les masques à la mode depuis plusieurs semaines. Leurs ventes explosent en France, elles ont même été multipliées par 10 dans certains réseaux de pharmacies depuis l’arrivée des variants.

Sur Internet aussi les prix s’envolent : sur Amazon, une boîte de 20 masques qui coûtait près de 25 euros début janvier est aujourd’hui affiché à 40 euros. En revanche, les grandes surfaces n’ont pas le droit de vendre ce type de masque.

VIDÉO >> Covid-19 : face à la crainte des variants, les Français achètent massivement des masques FFP2

Covid-19 : face à la crainte des variants, les Français achètent massivement des masques FFP2

Scroll back up to restore default view.

Le FFP2, plus cher et plus efficace

Le masque FFP2 est destiné à protéger celui qui le porte contre l’inhalation à la fois de gouttelettes et de particules en suspension dans l’air, et filtre au moins 94 % des aérosols de taille moyenne 0,6 µm, rappelle l’INRS.

En revanche, le masque chirurgical, jusqu’à présent largement répandu, ne protège pas contre l’inhalation de très petites particules en suspension dans l’air mais “est destiné à éviter la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui porte le masque”, précise l’INRS. Selon le type de masque, il a une efficacité de filtration bactérienne au moins supérieure à 95 % d’un aérosol de taille moyenne 3 µm.

Les inconvénients du masque FFP2

S’il est plus protecteur, le masque FFP2 est surtout plus cher que le masque chirurgical. Vendu à 1 euro l’unité en moyenne, il est 10 fois plus cher qu’un masque chirurgical. C’est ce qui avait poussé plusieurs médecins à estimer qu’il ne fallait pas rendre obligatoire le FFP2 dans certains lieux, au contraire de ce qui est fait en Allemagne et en Autriche.

À LIRE AUSSI>> Faut-il rendre obligatoire le FFP2 dans certains lieux ?

Autre inconvénient non négligeable, “la respiration est plus difficile avec un FFP2. “Si vous marchez rapidement, montez des étages à pied, ou faites des activités physiques avec, vous allez sentir la différence” prévient Michaël Rochoy, médecin généraliste et cofondateur de Stop-postillons, qui prônait le port du masque en population dès le début de la pandémie.

Quand le porter ?

Pour des raisons économiques et pratiques, le co-fondateur de Stop-postillons conseille de réserver son usage aux situations les plus à risque. Inutile donc de mettre un FFP2 si vous marchez dans la rue dans une ville où le port du masque est obligatoire, ou encore si vous êtes sur un marché.

“Le FFP2 est surtout utile lorsque vous pouvez être en contact avec des personnes n’ayant pas de masque, par choix ou par nécessité, explique Michaël Rochoy, qui cite plusieurs professions à risque : le personnel médical dont les dentistes, mais aussi les personnels en maternelle, où les enfants ne portent pas de masque, ceux des cantines scolaires ou d’entreprise, et même les employés des bars et restaurants ceux-ci rouvriront.

“Si dans certaines situations le FFP2 peut vous rassurer comme dans les transports en commun ou dans les lieux clos mal ventilés, pourquoi pas, même si le bénéfice est discutable si tout le monde porte un masque”.

Mais dans les autres cas, surtout en extérieur, le masque chirurgical suffit, souligne le médecin, qui pointe une exception : “Si vous croisez des joggeurs d’assez près, dans les petits parcs des grands villes le week-end par exemple, un FFP2 peut être utile car un joggeur, qui ne porte pas de masque, va projeter davantage de gouttelettes”, explique Michaël Rochoy.

Comment le porter ?

Plus filtrant, le masque FFP2 nécessite d’être bien positionné pour être efficace. “Comme pour le masque chirurgical, le FFP2 doit couvrir la bouche ET le nez”, insiste Michaël Rochoy, qui rappelle que ce type de masque est plus hermétique. “Quand il est bien positionné, en aspirant et en expirant, le masque va se gonfler et se dégonfler,” ajoute le médecin, qui rappelle qu’il faut vérifier qu’il n’y ait pas de fuite d’air par le haut du masque.

Comme un masque chirurgical, il n’est pas réutilisable, doit être jeté après 4 hures d’utilisation ou s’il est mouillé. “En restreignant son utilisation aux moments les plus à risque, on évite de consommer trop de masques FFP2, et de créer potentiellement une rupture d’approvisionnement pour les personnels qui en ont vraiment besoin dans les hôpitaux par exemple”. Ces masques ont longtemps été réquisitionnés par l’État pour les réserver aux soignants. Mais depuis un décret du 29 octobre, ils ne sont plus systématiquement réquisitionnés, rappelle Libération.

Attention à certains masques FFP2

Enfin, souligne le médecin, attention si vous pensez avoir trouvé un masque FFP2 en magasin de bricolage ou dans un tiroir après avoir fait des travaux. Certains masques, adaptés au BTP, sont équipés d’une valve expiratoire. “Ces masques servent à éviter d’inhaler des poussières ou des produits chimiques quand on fait des travaux, mais ne doivent surtout pas être utilisés pour se protéger contre le Covid-19”, alerte le médecin, qui rappelle que cette valve expiratoire “permet de faciliter l’expiration lorsqu’on fait un effort. Sauf qu’elle ne bloque pas du tout les gouttelettes”

Attention, certains types de masques FFP2 peuvent ne pas être adaptés à la morphologie de certains visages. C’est notamment le cas des masques fabriqués en Asie et qui peuvent ne pas convenir à certains visages, trop fins.

Attention aux modèles de masques.
Attention aux modèles de masques