Covid-19 : faut-il porter deux masques pour mieux se protéger ?

Matthieu Brandely

·4 min de lecture
De plus en plus d’Américains portent deux masques.

Selon une étude américaine, mettre un masque en tissu par-dessus un masque chirurgical bloquerait 92% des particules de la toux et réduit l’exposition de 83%.

Mettre deux masques l’un sur l’autre pour mieux se protéger. C’est la méthode, rendue célèbre notamment par Joe Biden, et désormais recommandée par les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), la principale agence américaine de santé publique, rapporte CBS News.

Joe Biden porte deux masques pour se protéger du Covid-19.
Joe Biden porte deux masques pour se protéger du Covid-19.

Depuis le 10 février, les CDC ont mis à jour leurs recommandations pour les Américains concernant le port du masque, pour optimiser leur efficacité face au virus. Parmi ces recommandations pour lutter contre le SARS-COV-2, le fait de superposer deux masques, l’un en tissu par dessus un masque chirurgical. Des recommandations tirées des conclusions d’une étude, menée en laboratoire. Les chercheurs ont testé plusieurs types de masques, qu’ils ont exposé à la toux et à la respiration.

Porter deux masques réduit l’exposition du porteur face à un non masqué

L’étude conclut que lorsque seul un masque chirurgical était porté, seulement 42% des aérosols contre la toux étaient bloquées lorsque le porteur tousse, et 44,3% pour un masque en tissu seul. La combinaison du masque chirurgical avec un masque en tissu sur le dessus a bloqué 92,5% des aérosols expulsées de la toux.

La combinaison des deux masques a également réduit “l’exposition cumulative” du porteur de 83% des gouttelettes diffusées par une source non masquée, selon l’étude. Ce nombre est passé à 96,4% si les deux mannequins étaient équipés de doubles masques.

“Ça peut être utile dans des cas très spécifiques”

“Cela peut être utile à la marge, dans certains conditions très spécifiques, notamment si l’on croise des personnes qui ne portent pas de masque, qui mangent ou font un footing par exemple”, explique Michaël Rochoy, médecin cofondateur de Stop-Postillons, qui prônait le port du masque en lieux clos dès le début de la pandémie.

Un double port du masque qui pourrait également être “conseillé aux malades qui ne respectent pas l’isolement, pour protéger les non masqués”, précise le médecin généraliste. Ainsi, l’étude du CDC montre que l’exposition à une personne infectée non masquée est réduite de 83% avec un double masque et de 64,5% avec un masque noué sur le visage ou en plastique ou un cache-cou en nylon porté sur un masque chirurgical.

“Un bénéfice très réduit dans la majorité des situations”

En revanche, “dans la majorité des situations, les gens sont masqués, donc le bénéfice de porter deux masques serait très réduit, sans oublier que cela peut être plus difficile à supporter”, ajoute Michaël Rochoy. C’est justement l’une des limites relevées par les auteurs de l’étude, qui soulignent que “le double masquage peut gêner la respiration ou obstruer la vision périphérique pour certains utilisateurs”.

Interrogée par le JDD, la Direction générale de la Santé ne compte pas suivre l’avis des CDC américains : “Il n’est pas recommandé de porter deux masques superposés, même dans le contexte de la diffusion de nouveaux variants”, explique la DGS au JDD, en s’appuyant sur un avis du Haut Conseil de la Santé Publique rendu public le 20 janvier.

Faire un noeud avec les élastiques du masque est efficace

Mais les Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) font recommandation alternative au port de deux masques. Ils conseillent d’ajuster au mieux son masque, afin d’en optimiser l’efficacité.

Les auteurs de l’étude conseillent par exemple de s’équiper de masque munis d’un fil afin de l’ajuster, d’un ajusteur, ou encore de faire un noeud avec les élastiques des masques chirurgicaux afin de limiter les entrés d’air et donc potentiellement du virus.

Il est recommandé de nouer les élastiques afin d'optimiser le port du masque.
Il est recommandé de nouer les élastiques afin d’optimiser le port du masque.

“Un bon ajustement peut augmenter l’efficacité globale du masque. Plusieurs moyens simples d’améliorer l’ajustement se sont avérés efficaces”, écrivent les auteurs de l’étude, qui rappellent que le double port du masque qu’ils recommandent consiste à mettre un masque chirurgical puis un masque en tissu par-dessus.

Une bonne protection face aux anti-masques

Le double port du masque est particulièrement efficace lorsqu’on est en contact avec un individu sans masque. Si la France ne suit pas les recommandations des États-Unis sur le double port du masque, le poids du mouvement anti-masque n’y est peut être pas étranger. Peu visible dans l’Hexagone, il est bien plus présent aux États-Unis.

Courrier International rapporte que les incidents se multiplient en Californie, où des groupes d’anti-masques multiplient les incursions dans des commerces, s’en prenant parfois à des clients portant un masque. L’ancien président américain Donald Trump a longtemps refusé de porter un masque.

Source: Covid-19 : faut-il porter deux masques pour mieux se protéger ?