COVID-19 : Quelle sera mon ordonnance (type) ?

Si vous avez une fièvre (non expliquée par une autre pathologie infectieuse – urinaire, digestive, cutanée…), une toux ou d’autres symptômes d’allure virale non expliqués, le diagnostic retenu actuellement sera : « possible COVID-19 ».

Votre ordonnance type sera celle-ci :

RESTEZ À DOMICILE / RESTEZ CONFINÉ AUTANT QUE POSSIBLE ET LIMITEZ LES CONTACTS 

  • N’allez pas travailler (télétravail possible) ; si vous êtes dans la liste des personnes à risque, vous pouvez faire l’arrêt sur declare.ameli.fr qui sera à prolonger le temps du confinement
  • Ne sortez pas, n’allez pas faire les courses (privilégiez les Drive si besoin, en respectant les mesures barrières)
  • Dormez seul si possible
  • Ne rentrez pas en contact avec des personnes fragiles (> 50 ans, insuffisants respiratoires, insuffisants cardiaques, immunodéprimés, femmes enceintes, etc.)
  • Il est déconseillé de recevoir de visites sauf indispensables, comme les aidants à domiciles. 

UTILISEZ LES MESURES BARRIÈRES POUR PROTÉGER VOTRE ENVIRONNEMENT 

  • Masque chirurgical si disponible (pas actuellement) ; à défaut, portez un écran devant votre bouche pour éviter de contaminer votre entourage (masque cousu vous-même ou autre). Ces masques n’ont pas vocation à vous autoriser de sortir davantage, mais à protéger davantage l’environnement lors des rares sorties dérogatoires.
    Pour en fabriquer un vous-même, quelques liens sont disponibles ici : http://rochoy.fr/michael/2020/03/22/covid-19-comment-proteger-les-autres-lorsque-vous-etes-malade/
  • Au sein du logement, il est conseillé de rester dans une pièce spécifique, en évitant les contacts avec les autres occupants du domicile,  
  • Dans le cas contraire il est recommandé de se laver les mains fréquemment, de ne pas toucher d’objets communs et de laver quotidiennement les surfaces fréquemment touchées (poignées, téléphones mobiles, etc.). 
  • Aérez régulièrement (15 minutes 2 fois par jour)

SURVEILLEZ VOTRE ÉTAT DE SANTÉ : 

  • En cas de difficulté respiratoire, contactez votre médecin traitant rapidement pour une téléconsultation dans la demi-journée idéalement, ou à défaut appelez le 15. (Se méfier notamment d’une aggravation rapide et brutale entre J8 et J12).
  • Autres signes devant vous alarmer et amener une consultation rapide ou un appel au 15 : altération de l’état général, somnolence, confusion, troubles de conscience.
  • Ne vous rendez pas directement chez un médecin ou aux urgences sans un avis préalable du médecin ou du 15
  • En cas de majoration des crachats sales chez un fumeur (exacerbation de BPCO) ou d’autres complications (sinusite unilatérale, otite…), prenez un rendez-vous avec votre médecin traitant en téléconsultation.

NE PRENEZ PAS D’ANTI-INFLAMMATOIRES (pas d’ibuprofène, pas d’advil, pas de spifen, pas de nurofen…)

LIMITEZ LES IRRITANTS (TABAGISME ACTIF OU PASSIF)

Paracétamol 1 000 mg
1 comprimé 1 à 3 fois par jour selon besoin, en espaçant les prises de 4h minimum. Maximum 4 comprimés par jour. Si fièvre mal tolérée ou douleurs. 
3 boîtes, à prendre en absence de boîtes déjà disponibles à domicile.

CONCERNANT LE FONCTIONNEMENT DU CABINET : les informations seront actualisées sur le site personnel http://rochoy.fr 
Pour vous tenir au courant sur le COVID-19, consultez : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus ou https://sante.fr/covid-19-infection-virale-des-voies-respiratoires


Quid de l’association hydroxychloroquine + azithromycine défendue notamment par le Pr Didier Raoult de Marseille ? (point au 22 mars)

L’avis du centre régional de pharmacovigilance de Nice du 20 mars dit qu’ils « ne doivent pas être utilisées dans la prise en charge des COVID-19 en dehors d’essais cliniques ou prises en charge spécialisées » (en réanimation).
Des études préliminaires ont montré une efficacité sur la charge virale et méritent d’être reproduites dans des études plus robustes, qui sont en cours, comme l’a rappelé le Ministre de la Santé le 21 mars.
Le risque de ces traitements est notamment une arythmie cardiaque, relativement rare, mais dont le risque ne justifie pas d’être pris compte tenu des bénéfices encore très incertains.