COVID-19 : Quand rester chez soi pendant la période de confinement ?

  • tout le temps si vous n’avez pas de symptômes (ce sont les consignes nationales de la phase 3). Rester chez vous sauvera réellement des vies : plus vous resterez chez vous, plus l’épidémie française sera courte (si tous les contacts sont interrompus, la première vague épidémique sera en très bonne voie dans 2-3 semaines…).
  • depuis le 17 mars à 12h et jusqu’à nouvel ordre, les sorties sont possibles uniquement avec l’attestation de déplacement dérogatoire (art. 1 du décret du 16 mars 2020, remplacé par l’article 3 du décret du 23 mars) au format papier, disponible sur le site officiel : https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus. Ces sorties doivent être exceptionnelles !
  • évitez tout particulièrement de rendre visite à des personnes de plus de 50 ans autant que possible.
  • pas de consultation de renouvellement si tout va bien : vos traitements peuvent être renouvelés automatiquement jusqu’au 31 mai (y compris pour les hypnotiques, j’enverrai si besoin l’ordonnance par mail à votre pharmacie pour ce traitement)
  • évitez également de consulter pour des troubles musculo-squelettiques chroniques (lombalgie, douleur d’épaule, de coude, genou…) ou pour des problèmes non urgents (acné, rosacée, eczéma, intertrigo, conjonctivite…). Pas de souci pour un conseil téléphonique ou une télé-consultation bien sûr.
  • pas de consultation systématique pour un rhume, pour une fièvre débutante bien tolérée, si vous n’êtes pas à risque (cf. liste ci-dessous)… (tous ces points ont été confirmés par le Premier Ministre le 23 mars qui demande de privilégier la téléconsultation et ne consulter que pour des urgences, ou sur convocation du médecin – par exemple dans le cadre d’un suivi de grossesse ou de prise en charge d’un cancer).

Ne vous dites pas que vous allez aller chez votre médecin (ou aux urgences) pour « savoir » si votre toux est due à COVID-19.
Le diagnostic sera « rhino-pharyngite dans un contexte de pandémie à COVID-19 ».
Et si vous ne l’aviez peut-être pas en arrivant chez le soignant, vous aurez un risque un peu plus élevé de l’avoir en repartant…

Actuellement, les tests sont réservés aux personnes hospitalisées avec une forme grave (asphyxie). Aucun test n’est réalisé aux urgences, au laboratoire ou dans les différents centres de santé actuellement : n’y allez pas pour ça.

Les activités de médecine et chirurgie non urgentes ont toutes été déprogrammées ou le seront (n’hésitez pas à appeler les secrétariats pour confirmer), afin de libérer des lits pour l’afflux d’urgences prévu, et limiter les contacts avec des gens potentiellement porteurs asymptomatiques.

Si vous vous demandez s’il faut consulter, dites vous que les soignants sont tous (potentiellement) porteurs du COVID-19. Est-ce que votre consultation justifie de prendre ce risque de contage ? Si oui, dans ce cas, il faut consulter ; si non, alors il est préférable d’attendre. Le meilleur message de santé personnelle et publique est : « restez chez vous ».

Restez chez vous autant que possible !