COVID-19 : Pourquoi se confiner ?

Les raisons du confinement ont clairement été exposées par le gouvernement et dans les médias.

Néanmoins, quelques arguments peuvent être repris :

  • Une personne va en contaminer en moyenne 2,7 personnes (R0) ; l’immunité de groupe serait atteinte à 1-1/2,7, soit 60 % de la population contaminée, ce qui représenterait beaucoup de morts (à raison d’un taux de mortalité estimé à 2 %)…
  • Donc l’autre objectif est de diminuer le R0, grâce au confinement, et ça fonctionne comme le prouve cet article : https://www.imperial.ac.uk/media/imperial-college/medicine/sph/ide/gida-fellowships/Imperial-College-COVID19-Europe-estimates-and-NPI-impact-30-03-2020.pdf
  • Cet article vulgarisé explique l’intérêt à agir précocement : https://medium.com/@tomaspueyo/coronavirus-agissez-aujourdhui-2bd1dc7838f6 (un article ici l’illustre également bien avec l’exemple chinois)
  • Un seul cas atteint non confiné peut entraîner une catastrophe sanitaire ; c’est le cas du « patient 31 » en Corée du Sud : https://graphics.reuters.com/CHINA-HEALTH-SOUTHKOREA-CLUSTERS/0100B5G33SB/index.html
  • Les taux sont difficiles à estimer. A priori, il y aurait environ 30 % de cas sans symptômes (porteurs sains, surtout les enfants), qui peuvent transmettre la maladie.
  • Parmi les 70 % symptomatiques, on peut les diviser ainsi : 55 % auront des symptômes légers à modérés (fièvre, toux, légère gêne respiratoire), 10 % nécessiteront une hospitalisation (15 % de mortalité) et 5 % feront une forme grave nécessitant une intubation (50 % de mortalité).
  • Les gens sont contagieux sans symptôme, avant les symptômes, après les symptômes : en stade 3 de la pandémie, il faut donc partir du principe (fictif) que tout le monde est potentiellement contagieux.
  • La mortalité parmi les patients symptomatiques est quasi nulle avant 50 ans (< 0,4 %), et augmente progressivement ensuite (les chiffres sont variables notamment en fonction du nombre de personnes testées… vous trouverez de nombreuses données dans la page des références). D’où l’importance d’éviter le contact avec toute personne de plus de 50 ans et a fortiori de plus de 70 ans.
  • Le confinement va limiter la diffusion de cette vague virale, diminuer le nombre de cas et donc le nombre de décès. Ne pas se confiner implique de transmettre potentiellement le virus (même si vous ne vous sentez pas malade), augmenter les cas et les décès.
  • Le Washington Post illustre parfaitement l’importance que TOUT LE MONDE soit confiné : https://www.washingtonpost.com/graphics/2020/world/corona-simulator/
  • C’est exactement ce qui s’est passé en Chine et en Italie : 15 jours après le confinement, le nombre de nouveaux cas chute largement.
  • Un des autres intérêts du confinement est « d’aplatir la courbe » des nouveaux cas et éviter la saturation du système de santé, notamment en réanimation (lits, matériels et personnel soignant ayant un plafond dans leur fonctionnement).

Nous confiner n’empêchera pas de nombreuses personnes malades, de nombreux séjours hospitaliers, en réanimation, et de nombreux décès. Mais cela permettra de le limiter.

Selon le plan pandémie 2011, le confinement en stade 3 peut durer jusqu’à 12 semaines (l’expérience des autres pays évoque plutôt 6-8 semaines). Il sera suivi d’un déconfinement progressif en stade 4, où il sera important de porter des écrans anti-postillons ou masques pour prévenir une deuxième vague importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *